Contenu éditorial simple : Voyage aux îles d'Amérique

Couverture de l'ouvrage

Une publication des Archives nationales, 1992, 310 pages

 

Le 12 octobre 1492 au petit matin, Christophe Colomb mettait le pied sur une île, la première de ces îles qui allaient être la raison d'espérer de tous ceux qui pensaient trouver à travers l'océan un cheminement vers l'Asie fabuleuse. C'était le prélude à la découverte d'un continent dont on ignorait qu'il coupait en deux un océan supposé unique, un continent dont l'exploration et l'exploitation devaient bouleverser le destin du monde. On sait ce qu'une telle découverte apporta à l'Europe, à commencer par la péninsule Ibérique dont les caravelles avaient été les premières sur la route de l'Ouest. On sait aussi combien elle allait perturber le continent américain, non moins que, dans un deuxième temps, le continent africain.

La France, dans les premiers temps de cette découverte, était absente. Toute à son aventure italienne, et préoccupée de longue date par un accès direct aux routes de l'Orient, elle ne prêtait qu'une attention légère aux suggestions de ceux qui regardaient l'Atlantique. Et cependant, quelques décennies plus tard, les Français étaient en Amérique, sur le continent comme aux îles.

Une autre exposition, voilà quelques années, a retracé les étapes de cette présence française dans une Louisiane qui signifiait une bonne part de l'Amérique du Nord. Il a paru souhaitable de rappeler ce que fut la présence française dans les îles, ces « îles » dont on ne s'étonnera pas qu'elles aient à l'époque compris quelques terres de l'Amérique du Sud.

Les îles d'Amérique, qui furent pour nous « les Indes », ont fait partie de l'histoire de France. Elles ont été une part du rêve de nos ancêtres, et ce rêve a fortement marqué le goût, l'art, la mode. Il a été l'une des formes de l'ouverture sur le monde. Elles n'ont pas moins commandé les orientations de l'économie française, assurant la fortune de certains ports, et contribuant à diriger des dynamismes. Notons que l'interruption des trafics avec les îles n'a pas été moins déterminante, et que les adaptations nées du Blocus continental sont aussi importantes pour l'économie du XIXe siècle que l'entrée en scène des nouvelles sources d'énergie et des nouvelles technologies. Par delà les aspects négatifs de cette histoire, que domine le trafic de l'homme par l'homme, n'oublions pas que l'entrée des îles d'Amérique dans l'horizon français a fait faire à nos ancêtres une expérience alors nouvelle de la dimension du monde.

 

Table des matières :

  • Le départ

Les Français précurseurs des Ibériques des Canaries au Brésil [par Frédéric MAURO]

Compagnies et sociétés de commerce [par Jean TARRADE]

L'immigration européenne dans les îles d'Amérique [par Jean-Pierre POUSSOU]

L'épopée des voyageurs naturalistes [par Jean LESCURE]

La traite [par Serge DAGET]

  • Les îles

Deux civilisations originales en Guyane : les Indiens et les Boni [par Monique POULIQUEN]

Les Caraïbes vus par les Français aux XVIe et XVIIe siècles [par Jean-Pierre MOREAU]

Le rôle stratégique des îles [par Michel VERGE-FRANCESCHI]

Les institutions [par Liliane CHAULEAU]

Les plans de colonisation de la Guyane [par Anne-Marie BRULEAUX]

  • La civilisation créole

La création des grands domaines [par Jacques de CAUNA]

Les blancs des îles [par Pierre PLUCHON]

Les esclaves [par Nicole VANONY-FRISCH]

Les libres de couleur [par Léo ELISABETH]

Le Vaudou [par Léon-François HOFFMANN]

Le marronnage aux Antilles [par Lucien-René ABENON]

Calamités, catastrophes naturelles et maladies [par Dominique TAFFIN]

L'armée dans les îles d'Amérique [par Gilbert BODINIER]

Villes et urbanisme [par Danielle BEGOT]

Architectures créoles [par Danielle BEGOT]

Religion et société [par Gérard LAFLEUR]

La Franc-maçonnerie [par Mariel GOUYON-GUILLAUME]

Culture et langue [par Guy HAZAËL-MASSIEUX]

 

Références complètes de l'ouvrage

Retrouvez les inventaires des Archives nationales