Contenu éditorial simple : Représenter Bordeaux, XVIe-XXIe siècle

Une publication des Archives municipales de Bordeaux, 2009, 20 pages

 

Au gré des aménagements de la der­nière décennie, Bordeaux a connu un profond renouvellement de son urbanisme et de son image. Pour marquante qu’elle est, cette mutation s’ancre dans une histoire plus ancienne, celle de la représentation cartographique de la ville débutée dans le second quart du XVIe siècle. Près de 160 vues et plans d’ensemble ponctuent cette histoire jusqu’aux années 1820. L’étude de ces sources permet de présenter une vingtaine de pièces maîtresses issues des fonds des Archives municipales de Bordeaux.

La représentation, le fait de « mettre en présence », a deux fonctions : l’une, de représenter le réel, l’autre, de le mettre en scène, ce qui suppose interprétation de la part du concepteur comme du spectateur. Ce principe s’applique aussi bien aux vues et plans contemporains des XVIe-XIXe siècles, qu’aux restitutions de la ville antique et de la fin du Moyen Âge réalisées par les historiens depuis la fin du XVIIIe siècle.

La vision évolutive ne suffit pas à comprendre ces sources. Auteurs et commanditaires n’explicitent pas clairement les intentions et les points de vue qui sous-tendent leurs œuvres. Néanmoins, on peut distinguer des dispositifs de mise en scène, des modèles culturels, politiques ou économiques qui ont guidé leur choix. Les fonctions des vues et des plans sont donc multi­ples : voyager en contemplant l’image, décrire les caractères stratégiques du site, mettre en avant le dynamisme portuaire ou les embellissements urbains, aider le voyageur, percevoir l’impôt, projeter des opérations d’ur­banisme ou des données… mais aussi, à un second niveau de lecture, fournir des informations sur les intentions et dispositions d’esprit de leur auteur, sur l’imaginaire collectif que suscite la vision de la ville.