Contenu éditorial simple : Les Ornais dans la Première Guerre mondiale

Un dossier pédagogique réalisé par le service éducatif des Archives départementales de l’Orne, 2013, 64 pages

 

L’historiographie de la Première Guerre mondiale a bénéficié ces dernières années d’un renouvellement animé par un groupe de chercheurs autour de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne et d’un ensemble d’universités. Si les événements militaires sont considérés davantage comme des repères, l’accent est mis sur le concept de brutalisation des hommes, défini par l’historien George Mosse comme une acceptation ou une adhésion collective aux violences régissant les relations humaines dans le cadre de la pratique de la guerre déshumanisée, puis dans celui des rapports sociaux et de la vie politique. Ce conflit voit en effet se développer des phénomènes de violence de masse.

La richesse de ce sujet d’étude se mesure à la diversité des concepts historiques transversaux aux programmes d’enseignement de 3e et de Première qui constituent des outils notionnels exploitables et susceptibles d’être réinvestis par les élèves et le professeur quand ils abordent les totalitarismes, la vie politique en France dans les années 1930 ou encore la Seconde Guerre mondiale.

Ce recueil de documents répond à des objectifs historiques, patrimoniaux et mémoriaux. Il cite, sans volonté exhaustive, des lieux de mémoire de l’histoire des Ornais pendant la Grande Guerre, replacés dans un cadre national. Il présente la spécificité des départements ruraux de l’arrière, pourvoyeurs de soldats, garants de l’approvisionnement des armées et lieux d’accueil des blessés dans des hôpitaux de fortune. Enfin, il insiste sur le caractère total de la guerre qui mobilise toute une nation dans un effort et une souffrance collectifs.

D’une façon générale, la diversité des faits relatés permet aux élèves de rendre concrètes des notions qui pourraient leur apparaître floues ou complexes ; en procédant à une analyse méthodique des documents, ils exerceront et développeront ainsi leur esprit critique.