Article : À la conquête de l’eau. Petite histoire d’eau en Deux-Sèvres

Une publication des Archives départementales des Deux-Sèvres, 2009, 71 pages

 

Le département des Deux-Sèvres, qui doit son nom à ses deux principaux cours d’eau (la Sèvre niortaise et la Sèvre nantaise), regorge de points d’eau. Dès le Moyen Âge, les premiers écrits conservés montrent que l’homme a dû s’adapter à son environnement et aménager le territoire deux-sévrien pour répondre à ses besoins en eau. Il a d’abord construit des gués, puis des ponts et des viaducs. Il a également dû se protéger des crues et constituer des réserves pour lutter contre les sécheresses et permettre l’irrigation.

Le commerce s’est alors nourri de l’eau : la pêche mais aussi, grâce au moulin hydraulique, les activités industrielle et artisanale telles que les tanneries et la chamoiserie. Niort est ainsi devenue un port commercial.

Néanmoins, la demande hydraulique croissante, les multiples épidémies et la pollution raréfiant l’eau potable, l’assainissement est devenu une nécessité à partir du XIXe siècle. Un long processus s’engage alors au XXe siècle pour la généralisation du tout-à-l’égout et la multiplication des stations d’épuration afin que l’eau potable devienne accessible à tous.

 

Références complètes de l’ouvrage