Article : Notes au jour le jour

Une publication de la Ville de Mende, 2018, 470 pages

 

En avril 1916, le maire de Mende, Émile Joly, entreprend l’écriture d’un journal. L'intérêt historique de son projet ne lui échappe pas. « Quand la paix sera revenue, quand la fumée de la bataille se sera dissipée, quand aussi le temps aura cicatrisé les blessures et atténué les douleurs, certains auront peut-être l’heureuse idée d’écrire l’histoire de Mende pendant cette guerre : c’est pour ceux-là que mes notes sont faites et c’est à cette histoire qu’elles pourront servir ».

Ce document rare offre aujourd’hui la chronique d’une ville de l’arrière entre 1914 et 1918. Il présente les notes d’un élu veillant sur sa cité, ses relations compliquées avec les autorités civiles militaires et religieuses. Il livre aussi le témoignage d’un père angoissé puis dévasté par la mort au front de son fils unique. Sur fond de drame national et dans le style orné d’un avocat de la IIIe République, le journal déroule à la fois le fil d’une tragédie personnelle et la succession des espoirs et des souffrances d’une communauté rurale qui endure la Première Guerre mondiale loin des tranchées.

Lorsqu’il s’éteint le 29 décembre 1918, Émile Joly a écrit le journal des blessures infligées à sa ville par la Grande Guerre, un gros volume manuscrit dont il a choisi lui-même les illustrations. L’ensemble reste inédit jusqu’à ce que la Ville de Mende, à un siècle de distance, en réalise la publication.