Article : Mémoires d’Hervé Clérel, comte de Tocqueville, 1772-1856

Une publication des Archives départementales de la Manche, 2019, 511 pages

 

C'est sous la monarchie de Juillet, entre 1834 et 1840, qu'Hervé de Tocqueville, retiré des affaires depuis la révolution de 1830, rédige ses mémoires. Son fils Alexis, commence alors à être célèbre. Destiné à ses enfants, son texte couvre, après un bref récit de sa jeunesse, une période qui s'étend de son mariage avec la petite-fille de Malesherbes, en 1793, jusqu’au départ de Charles X, en 1830. Justifiant ses actions politiques, il s'attarde sur sa fonction de préfet sous la Restauration, successivement dans les départements de Maine-et-Loire, de l’Oise, de la Côte-d’Or, de la Moselle, de la Somme et de Seine-et-Oise. Nommé pair de France par Charles X, en 1827, à la fin du long ministère Villèle, il voit se dégrader la situation politique et juge sévèrement le ministère Polignac, de même que la nouvelle religiosité qui apparaît alors. Néanmoins, il reste indéfectiblement fidèle à son souverain.

Ce texte, agréable à lire, servi par une belle langue, nous livre des points de vue originaux sur quelques grands personnages de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, comme Malesherbes, Chateaubriand, le duc d'Angoulême et bien d’autres encore. Il nous donne à voir un haut fonctionnaire et homme politique de la Restauration qui cherche à relire son action publique, et cela au-delà de l'échec d'un régime qu’il a voulu servir. Enfin, ces Mémoires ne sont pas sans résonner des échos de l’œuvre d’Alexis de Tocqueville sur la démocratie qui vient.

 

Références complètes de l’ouvrage