Article : Tanneurs et travail du cuir en Moselle du Moyen Âge au XXe siècle

Un dossier pédagogique des Archives départementales de la Moselle, 1989, 225 pages

 

Ce dossier est consacré à la présence des tanneurs et des métiers du cuir en Moselle depuis le Moyen Âge jusqu'à nos jours. À la différence de bien des publications de services éducatifs, l’ouvrage n’est pas présenté sous forme de fiches. Sa présentation vise à privilégier le contact avec le document brut. La conception du dossier permet plusieurs approches :

  • La première suit la chronologie :

Des exercices peuvent être conçus pour chacune des grandes périodes, Moyen Âge, Temps modernes, XIXe siècle, XXe siècle.

Les documents médiévaux se prêtent à un travail de repérage systématique de renseignements relatifs aux travailleurs du cuir. Ils permettent de remonter aux origines des corporations.

Les documents de l’époque moderne sont destinés à faire comprendre ce qu’est l’Ancien Régime. Ils mettent en évidence la continuité avec le Moyen Âge et les bouleversements qui s’amorcent, entraînant un profond mécontentement.

Le XIXe siècle est marqué par la révolution industrielle. Il s’agit ici de comprendre ce qu’elle fut, en comparant les techniques de fabrication du XVIIIe siècle à celles qui se mettent en place un siècle plus tard.

  • La seconde approche est de l’ordre de la monographie :

L’abondance des statistiques et les indications à caractère local constituent les bases d’une étude d’un secteur géographique de l’espace mosellan.

  • Une troisième approche consiste à privilégier l’histoire des techniques, sans entrer néanmoins dans des détails trop pointus.

L’accent a été également mis sur le travail du cuir comme patrimoine lorrain. En ville, à Metz en particulier, les artisans, les tanneurs et les travailleurs du cuir occupent un secteur-clé à l’époque médiévale. Commerce local et régional des cuirs continuent à rayonner à l’époque moderne. Une première crise s’amorce dès la fin de l’Ancien Régime, partiellement colmatée sous l’Empire. La révolution industrielle s’introduit vers 1860.

En fait, les établissements industriels n’ont pas proliféré autant que l’ancien artisanat. Seule la manufacture lorraine des cuirs de Saint-Julien réussit à traverser une partie du XXe siècle. L’évolution est similaire dans l’ancien espace ducal lorrain. Deux autres établissements avaient réussi à se maintenir, il s’agissait de la tannerie Tuc à Nancy et de la tannerie Grosjean de Thillot (Vosges). Les fabriques de chaussures ont, elles aussi, décliné ; en 1989, seule se maintenait en Moselle la firme BATA à Moussey.

 

Références complètes de l’ouvrage

Retrouvez les inventaires des Archives départementales de la Moselle