Article : Les archives de la protection de la nature et de l’environnement

Intérêt du réseau

L’histoire environnementale s’intéresse aux relations entretenues par l’homme et les sociétés avec le reste de la nature. Elle concerne aussi bien la dimension matérielle et économique (aménagement du territoire, structures agraires, gestion des ressources, réseaux techniques, énergie, déchets...) que la dimension culturelle (perception de la nature, des paysages et de l’environnement, rôle de ceux-ci dans la construction des identités, dimension esthétique...) ou les aspects politiques, sociaux, institutionnels et juridiques des questions environnementales (politiques publiques, initiatives privées, modes de régulation, construction et application des normes, gestion des risques, impact des pollutions sur l’homme et l’environnement, inégalités environnementales...).

La protection de la nature et de l’environnement est devenue une préoccupation majeure à mesure que les enjeux liés aux atteintes à l’environnement et les dérèglements climatiques ont pris de plus en plus d’importance dans les débats publics dans les années 1970. 
Depuis l’émergence de ces nouvelles problématiques, plusieurs milliers d’associations ont été créées par des groupes de particuliers souhaitant s’engager et agir, de manière locale ou nationale, pour la protection de la nature et de l’environnement : tout naturellement, ces structures ont produit des archives au gré de leurs activités. 
Or, malgré l’ampleur de ce mouvement et la place prépondérante des questions écologiques dans le débat public actuel, force est de constater la faiblesse de la recherche dans ce domaine ainsi que le faible nombre de fonds d’archives relatifs à cette thématique conservés dans les services publics d’archives. 

Il faut souligner que l’histoire environnementale s’est d’abord constituée aux États-Unis, plongeant ses racines dans les années 1960 et un climat fortement influencé par la new left history et l’activisme politique, alors qu’en France cette démarche est beaucoup plus tardive, induisant de facto une prise en compte institutionnelle tardive du sujet : la Revue des Annales est l’une des premières revues d’histoire à consacrer un article important à l’environnement en 1970, puis un numéro spécial en 1974, tout en ne militant que pour l’histoire du climat.
Cette prise en charge relativement récente de la problématique de la protection de la nature et de l’environnement sous toutes ces formes explique d’une part le foisonnement d’initiatives et d’acteurs privés, et d’autre part la difficulté à recenser les archives y afférant – sans parler de la question de la sauvegarde et de la valorisation de ces sources éminemment dispersées et hétérogènes.

Rappelons que c'est le 8 janvier 1971 que le premier ministère de l'environnement voit le jour , avec Robert Poujade comme ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Protection de la nature et de l’environnement : cette décision s’ajoutait aux 100 mesures en matière d’environnement présentées en conseil des ministres en juin 1970, avec la consultation de plusieurs centaines d’associations et de 14 ministères, dans un contexte international favorable - année européenne de la Nature, préparation du sommet des Nations Unies de Stockholm-, marquant un tournant dans la prise en compte publique de l’environnement. Ces 100 mesures constituaient un premier essai d’agrégation d’instruments d’action publique, d’expérimentations locales et de planification.

Cinquante ans après la création de ce premier ministère de l’environnement, 2020 fournit donc l’opportunité de faire connaître, sans rentrer dans le menu détail des textes ni des actions qui se sont démultipliées à partir des années 1990/2000 au niveau national comme international, les actions et porteurs de projet les plus emblématiques via le recensement de leurs archives.

Historique du réseau

Les premières associations françaises s’intéressant à la protection de la nature et de l’environnement (et thématiques connexes) naissent dès la mi 19e siècle : la Société protectrice des animaux en 1845, la Société Impériale Zoologique d’Acclimatation en 1854 (actuelle Société Nationale de Protection de la Nature), la Ligue Française pour la Protection des Oiseaux (LPO) en 1912.
Ce mouvement s’accentue à partir de la fin des années 1950 en France, avec notamment la Société d’étude et de protection de la nature en Bretagne (SEPNB) ou l’Association pour la prévention de la pollution atmosphérique (APPA), créées en 1958. 
Mais c’est surtout durant les deux décennies suivantes qu’elles se multiplient dans les régions françaises ; 18 associations se réunissent par ailleurs en 1968 pour former la Fédération Française des Sociétés de Protection de la Nature (FFSPN) devenue depuis France Nature Environnement (FNE) : aujourd’hui porte-parole d’un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 80 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et en outre-mer.

Certaines de ces associations ont une vocation généraliste, et œuvrent dans tous les domaines de la protection de l’environnement à l’échelle régionale ou départementale ; d’autres sont plus spécialisées et se concentrent sur un territoire et/ou un sujet spécifique. 
La démultiplication de leurs périmètres et formes d’action induit une grande diversité et dispersion des acteurs et des sources, avec de fortes interrogations sur la capacité à préserver la mémoire de cette dynamique comme à valoriser les archives, susceptibles à leur tour de stimuler l’intérêt général pour cette démarche ainsi que la recherche historique.

Pour remédier à ce problème, l’Association pour l'histoire de la protection de la nature et de l'environnement (AHPNE) a été créée en 2008, avec les objectifs suivants : rassembler, interroger, transmettre et mobiliser ce savoir environnemental historique, et de facto favoriser le rassemblement, le classement et la conservation de tous les documents d’archives. 
Depuis sa création en 2009, elle s’appuie sur un réseau de personnes et de partenaires porteurs de cette histoire comme acteurs ou témoins et d’autres intervenants issus de la communauté scientifique ; l’association et son réseau établissent des coopérations et des synergies avec les organismes et les responsables d’initiatives et projets publics ou privés dont l’action entre en résonance avec ses propres objectifs.

 

Présentation actuelle et acteurs

L’AHPNE concentre donc son action sur le recensement des acteurs associatifs et de leurs archives, la réflexion sur l’état de conservation de leurs archives et l’aide aux associations en matière d’inventaire, de publication ou de diffusion, en collaboration avec les services d’archives publics (Archives nationales et départementales).

•    Inventorier les sources :

En 2011 a eu lieu la première opération expérimentale dans le Finistère. Les Archives départementales du Finistère et l’Association pour l’histoire de la protection de la nature et de l’environnement se sont associés pour réaliser une cartographie des acteurs actifs dans ce domaine au sein du département. Au terme de cette étude, 19 associations et 8 personnalités ont été recensés. Les archives de ces producteurs représentent 236 ml, datés de 1907 à 2011. Cette action a permis la concrétisation de trois dons aux Archives départementales.
En 2014, l’opération a été renouvelée en partenariat avec le département de la Seine-Maritime qui présente d’importants enjeux environnementaux (présence d’un estuaire, d’une zone Natura 2000, de zones humides, de sites classés SEVESO). Pour mener à bien ce projet, les Archives départementales de la Seine-Maritime ont recruté une personne en service civique pour une durée de neuf mois afin de réaliser :

  •  un inventaire des archives d’associations et de personnalités œuvrant ou ayant œuvré pour la protection de la nature et de l’environnement,
  •  un travail de sauvegarde et de collecte,
  •  le bilan de fin de mission.


À l’issue de ce travail, ce sont 34 associations et 1 personnalité qui ont été recensés, soit 725 ml datés entre 1837 et 2014. Les Archives départementales ont reçu trois dépôts et sept dons.

En 2018-19, c’est au tour des six services d’archives départementales de la Région Centre-Val de Loire (Cher, Eure-et-Loir, Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher et Loiret) d’entamer le recensement des associations œuvrant pour la nature et l’environnement : 30 associations et 10 personnalités identifiées, soit un total de 563 ml et de 5 To conservé en stockage bureautique.

En 2020 : inventaire en cours des archives de la Société nationale de la protection de la nature et de l’environnement et des archives bureautiques de l’AHPNE, de la Région Corse.

Panorama 2018 des inventaires d’archives d’associations conservées en Archives départementales :

ahpne archives AD.gif

•    Collecter des sources nouvelles :

Plusieurs associations et personnalités ont donné ou déposé leurs archives aux Archives départementales, dans le prolongement des opérations d’inventaires permettant d’identifier des foyers d’influence :

  •  Don aux Archives nationales des archives des Journalistes écrivains pour la nature et l’environnement (1,80 ml) ;
  •  Don aux Archives départementales d'Indre-et-Loire de la Ligue pour la protection des oiseaux Touraine (traitement en cours et publication à venir sur le site) ;
  •  Don aux Archives départementales des Ardennes de la Fédération Connaître protéger la nature (FCPN) après inventaire des archives ;
  • Démarche globale de réalisation et collecte d’entretiens de "pionniers" (comme celui de J.P Raffin à terme versé aux Archives nationales).


Panorama 2018 des dons d’archives d’associations conservées par les services d’archives publics :

ahpne servicep.jpg

•    Publier les sources 
Publication « 10 ans d’inventaires :  guide des sources »

 

Bibliographie et liens utiles

On a souligné la densité et la force de ce réseau associatif, implanté sur tout le territoire : pour en appréhender les évolutions en temps réel, on peut donc se reporter au Répertoire national des associations (RNA) : il répertorie l’ensemble des associations relevant de la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d’association, dont le siège est en France (métropole et outre-mer) à l’exclusion des départements de la Moselle (57), du Bas-Rhin (67) et du Haut-Rhin (68) qui relèvent d’un régime spécifique ; il contient également, dans les mêmes conditions, les associations reconnues d’utilité publique. Il est alimenté après instruction du dossier par le greffe des associations lors d’une création, d’une modification ou d’une dissolution. Toute création d’associations est publiée au Journal officiel de la République française.
Ce répertoire constitue une base de données sans équivalent pour connaître l’ensemble des acteurs associatifs en activité, accessible via le portail du Journal officiel. Les recherches peuvent être effectuées par (aire géographique, intervalle de dates, domaines) :
Voici la liste des associations de protection de la nature et de l’environnement reconnues d’utilité publique à ce jour : 

  • Fonds français pour la nature et l’environnement (1971)
  • Patrimoine Environnement (LUR FNASSEM) (1970)
  • France Nature environnement (1976)
  • Maison de la Nature et de l’environnement (SEPANSO) (1982, Bordeaux)
  • Association pour la protection et la sauvegarde du site et l’environnement des hortillonnages (1991, Amiens)
  • Yvelines environnement (Versailles, 1998) 
  •  Fédération de protection de la nature – Rhône Alpes (Villeurbanne, 1984)
  • Bretagne vivante Société pour l’étude et la protection de la nature en Bretagne (1979, Brest)
  • Société nationale de la protection de la nature (1855, Paris)

•    Sources

Site de l’Association pour l'histoire de la protection de la nature et de l'environnement

Guide « 10 ans d’inventaires d’archives d’acteurs privés et d’associations de protection de la nature et de l’environnement par Patrick Cavalié, archiviste, membre de l'AHPNE »

Inventaires des fonds des acteurs privés et associatifs de la protection de la nature et de l’environnement dans le Finistère

Inventaire des fonds des acteurs privés et associatifs de la protection de la nature et de l’environnement en Seine-Maritime

Site des archives historiques du Ministère de la Transition écologique et solidaire et du Ministère de la Cohésion des territoires

Répertoire national des associations

 

Contacts

Patrick Cavalié, archiviste au ministère de l'environnement et membre de l'AHPNE, coordonnateur des actions d'archivage : cavaliepatrick@gmail.com
Service Lien fédéral et vie associative  de France nature environnement (FNE) – lienfederal@fne.asso.fr