Présentation des missions

Les activités internationales du service interministériel des Archives de France se répartissent en quatre grands secteurs :

 

La formation des archivistes étrangers

 

Point fort de l'action internationale du Service interministériel des Archives de France, cette formation passe essentiellement par :

 

  • le Stage technique international d'archives, géré par le Département des formations et réservé aux professionnels en poste (dont les bourses sont payées par les postes diplomatiques français à l'étranger)

 

  • des stages ou séminaires organisés en partenariat avec :

 

- l’Institut national du patrimoine (INP) : école d'application professionnelle qui forme les conservateurs du patrimoine (filières musées, archives, inventaire, monuments historiques et archéologie)

- le département des Affaires européennes et internationales (DAEI) du ministère de la Culture (programme « Courants du monde » de la Maison des cultures du monde). Il assure une double coordination entre d'une part les services du ministère (directions patrimoniales et artistiques, établissements publics culturels), et d'autre part le ministère de la Culture et celui des Affaires étrangères. Il représente également le ministère de la Culture dans les instances européennes, et apporte son soutien logistique et financier aux opérations entreprises par la Service interministériel des Archives de France

 

  •  des stages individuels

 

  • des séminaires de formation ou des cours d'archivistique à l'étranger.

 

L'expertise française dans les organisations européennes et internationales et la valorisation de l'archivistique nationale

 

  • traduction d'ouvrages français de référence en langue étrangère (chinois, anglais)

 

  • contribution aux activités du Conseil international des archives (ICA) : organisation non gouvernementale attachée à la préservation et à la promotion du patrimoine archivistique mondial via la coopération internationales entre archives, il associe la direction des Archives de France à la plupart de ses travaux depuis 1948, la DAF étant représentée dans la quasi-totalité des instances et groupes de travail du CIA

 

  • participation aux travaux de l'Unesco : la direction des Archives de France est membre de la Commission nationale française de l'Unesco et apporte ainsi son expertise en matière archivistique dans divers programmes conduits par l'Unesco. Elle travaille avec l'Organisation pour la coopération technique pour mettre en œuvre des missions d'audit à l'étranger ou rédiger des études Ramp (études de l'Unesco dans le domaine de la gestion des documents et des archives).Elle s'associe également aux programmes Mémoire du monde et Route de l'esclave

 

 

  • association avec les institutions européennes :

 

- d'une part avec le Conseil de l'Europe : très actif sur le terrain archivistique, disposant d'un programme archivistique qui privilégie la démocratisation des législations archivistiques, l'ouverture des archives et la sauvegarde du patrimoine, le Conseil de l'Europe est à l'origine de deux projets de recommandations sur l'accès aux archives et aux documents officiels, et apporte sa caution morale comme son appui logistique et financier à de nombreux colloques et programmes (reconstruction des archives de l'ancienne Yougoslavie, reconstitution des archives polonaises, informatisation des archives du Komintern...) auxquels la direction des Archives de France est associée.

- d'autre part avec l'Union européenne, qui s'implique également dans le domaine des archives, comme en témoignent la création d'un groupe d'experts au début des années 1990 à l'origine d'un rapport sur les « archives dans l'Union européenne » (1994), la publication récente d'une revue archivistique européenne "INSAR" (courrier trimestriel européen des archives), ainsi que les directives et réflexions en cours dans des domaines corollaires de celui des archives (directive de 1995 sur la protection des données personnelles, livre vert sur l'information dans le secteur public).

 - d'autre part enfin au sein du projet APEnet, projet financé par la commission européenne entre 2009 et 2012. La France était responsable de l'insertion des contenus et à ce titre a développé des outils de  validation et conversion des données pour permettre à tous les services d'archives de participer au projet. Le portail européen des archives a été mis en ligne le 15 janvier 2012. On y trouve les données de 62 institutions d'archives appartenant à 14 pays de l'union européenne.

Le projet APEnet a été validé par la commission européenne lors d'un examen final le 16 février 2012 à Luxembourg. Un second projet, APEx, a pris sa suite pour la période 2012-2015.

 

La coopération bilatérale

 

Revêtant autant d'aspects qu'il y a de partenaires envisageables, cette coopération se développe sous la forme d'une assistance technique en matière de construction de bâtiments d'archives, élaboration de législations archivistiques, formation des personnels, équipements de restauration et conservation, etc. Les principaux destinataires de cette aide relèvent de la zone de solidarité prioritaire définie par le ministère des Affaires étrangères.

 

Le règlement des questions de succession archivistique et des contentieux en matière de restitution de biens culturels.

 

Dans ce domaine, le ministère des Affaires étrangères constitue une sorte de passage obligé pour toute action extérieure, avec le relais précieux que constituent les postes diplomatiques français à l'étranger pour mettre en œuvre et suivre les actions de coopération bilatérale.

 

Dans toutes ces actions, le Service interministériel des Archives de France s'appuie sur le réseau des Archives nationales et territoriales, qui, par la richesse de leurs fonds d'archives comme par le réservoir de compétences qu'elles constituent, peuvent s'associer aussi bien à des expositions d'archives à l'étranger qu'à des missions, stages ou séminaires de formation hors de France, voire participer à des colloques internationaux.

 

La France a longtemps constitué une nation phare dans le domaine de l'archivistique et, par l'apport de son savoir-faire et la diffusion de ses compétences à l'extérieur, continue à jouer un rôle majeur sur la scène internationale.