Article : Indésirables en France, 1938-1942

Un dossier pédagogique des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 2002, 48 pages

 

Cette publication des Archives départementales des Bouches-du-Rhône a deux objectifs principaux. Mettre à la disposition des enseignants les textes législatifs qui, de la fin de la IIIe République au gouvernement de Vichy, font surgir un statut personnel particulier, celui d’indésirable. Ce terme apparaît à la fin de IIIe République et poursuit sa carrière sous Vichy en étendant son emprise sur une population toujours plus nombreuse : étrangers, juifs étrangers, juifs français. Et montrer, à travers des exemples de correspondance administrative, comment l’appareil d’État interprète et fait appliquer cet ensemble législatif et réglementaire.

La voix de ceux-là mêmes que la législation a considérés comme indésirables est bien peu présente dans ce dossier. Les archives conservent les lettres adressées à l’administration française par les internés, et les réponses souvent lapidaires à leurs requêtes. Mais la réalité de l’exil et de l’enfermement nous est parvenue à travers des récits, des témoignages postérieurs à la guerre dont la bibliographie donne quelques exemples. Ces souvenirs, livrés spontanément ou collectés par les chercheurs, échappent souvent, par leur nature même, aux archives.

Le choix même des dates de la majorité des documents, qui s’échelonnent de 1938 à 1942, suggère l’interrogation centrale : « La politique xénophobe et antisémite de Vichy a-t-elle été préparée par la IIIe République ? Comment des générations façonnées par l’école républicaine ont-elles pu accepter que des êtres humains soient victimes de discrimination “parce qu’à prononcer leurs noms sont difficiles” ? »

 

Références complètes de l’ouvrage

 

Liens