Contenu éditorial simple : Boulogne au féminin. Histoire de la femme du XVIIIe siècle à 1975

Une publication des Archives municipales de Boulogne-sur-Mer, 2016, 133 pages

 

L’exposition Boulogne au féminin – Histoire de la femme du XVIIIe siècle à 1975, dont cet ouvrage constitue le catalogue, a mis en lumière les Boulonnaises, en révélant leur quotidien au travail et dans le cercle familial, mais aussi les moments les plus intenses de leurs luttes.

Écrire cette histoire exige détermination pour pallier la pauvreté des sources classiques d’une histoire des hommes, écrites par les hommes : les documents présentés n’en ont que plus de valeur. Affiches, lettres, photographies… dévoilent de fortes personnalités, mais aussi de nombreuses anonymes, qui par leur courage ont fait avancer la cause féminine. Depuis Claudia Prima, affranchie du Ier siècle, à Mireille Hingrez-Céréda, première femme élue maire en 2012, nos concitoyennes ont connu le lent, le laborieux cours de l’Histoire, jusqu’à l’accélération de ces 50 dernières années.

Thérèse Loison, jeune fille de 15 ans qui épouse un notable trois fois plus âgé qu'elle. Marie-Jeanne Wasselin, âgée de 65 ans, première à demander le divorce. Catherine Vaillant, à qui l'ont refuse l'accès à l'hôpital Saint-Louis pour y accoucher parce qu'elle est fille-mère. Geneviève Aubrun, première femme médecin, et résistance lors des deux guerres mondiales. Gabrielle Hermant, première avocate et première bâtonnière du barreau de Boulogne. Suzanne Jacot, engagée sous un déguisement masculin comme soldat de la compagnie de Richecourt, au second bataillon du régiment de Boullenois. Yvonne Langlais, qui suit James O'Donnell, sergent au Royal Dublin Fusiliers et l'épouse dans le comté de Southampton. Alice Bacquet, résistante, morte des suites des mauvais traitements subis en déportation, et qui ne figure même pas sur la plaque dédiée aux résistants du beffroi. Honorine Defrance, militante communiste et résistante, qui accouche à la prison de la Roquette. Jacqueline Raoult, engagée dans les FFI à 16 ans. Antoinette Lecieux, première femme à siéger dans la délégation spéciale...

Épouses, mères, amoureuses, pêcheuses, ouvrières, prostituées, religieuses, infirmières, femmes en guerre, femmes libérées et citoyennes : toutes ont, malgré la place mineure qu’on a autrefois bien voulu leur octroyer, façonné Boulogne, laissant dans ses Archives des témoignages parfois infimes, parfois majeurs, qui tracent une Histoire commune, une histoire de Boulogne au féminin.

 

Références complètes de l’ouvrage