Contenu éditorial simple : Les civils en Meuse dans la Grande Guerre

Une publication des Archives départementales de la Meuse, 2016, 39 pages

 

Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, et notamment la Bataille de Verdun, les Archives départementales de la Meuse, en partenariat avec l’Université de Lorraine, ont présenté du 10 octobre 2016 au 13 janvier 2017 une exposition portant sur « Les Civils en Meuse dans la Grande Guerre ».

Le catalogue de cette exposition met en valeur les fonds d’archives publics du département, ainsi que des documents d’origine privée. Terre de garnisons à la veille du conflit, la Meuse fait partie de la dizaine de départements concernés par une occupation durable qui touche environ 2,5 million de personnes en France.

Placée sous le contrôle des autorités militaires, particulièrement draconien en zone envahie, la population meusienne doit cohabiter avec les nombreuses troupes allemandes, mais aussi françaises, coloniales et alliées suivant les zones géographiques et l’engagement des unes et des autres. Soumis aux réquisitions militaires et aux privations, les civils sont parfois victimes de bombardements meurtriers comme celui du 1er juin 1916 à Bar-le-Duc. La guerre provoque également le déplacement de dizaines de milliers de réfugiés, d’évacués et de rapatriés. L’occupant prend en otage des notables et n’hésite pas à déporter des civils dans des camps en Allemagne.

Les civils font face à la pénurie alimentaire, doivent s’adapter à une économie de guerre et trouver des solutions d’hébergement lorsque leurs habitations sont détruites. Les conséquences démographiques du conflit sont considérables et le bilan des destructions matérielles effroyable pour le territoire meusien. Bien avant la fin de la guerre, l’État pense à l’organisation de la reconstruction et crée le Ministère des Régions libérées en novembre 1917, afin d’aider les réfugiés à régler tous les problèmes liés aux dommages de guerre.

En Meuse, le souvenir des victimes civiles peut se perpétuer sur les monuments aux morts ou sur d’autres marqueurs mémoriels comme à Rouvres. Notons que sur les 586 communes du département, 313 ont reçu la Croix de guerre et que 9 villages ont été déclarés « morts pour la France » dans le secteur de Verdun.

Ce catalogue, qui prend en compte les avancées historiographiques sur la Grande Guerre permet à nos concitoyens, aux jeunes et aux élèves d’appréhender à travers le cas meusien tous les aspects de la réalité d’une société en guerre totale.

 

Références complètes de l’ouvrage

Retrouvez les inventaires des Archives départementales de la Meuse