Contenu éditorial simple : Encyclopédie historique de la photographie à Toulouse, 1914-1974. Une histoire en images de la photographie

Une publication des Archives municipales de Toulouse, 2017, 422 pages

 

De la Première Guerre mondiale aux Trente Glorieuses, l’histoire de la photographie toulousaine s’enrichit de nouvelles pages. Dans l’entre-deux-guerres, et alors que les deux anciennes associations d’amateurs (la Société photographique de Toulouse et le Photo-Club toulousain) continuent leurs activités de formation et d’information, un nouveau groupement à vocation artistique voit le jour et connaît ses premiers succès : le Cercle photographique des XII. Le métier de photographe évolue également et les premiers photoreporters commencent à se faire un nom. Parmi eux, se détache la personnalité de Germaine Chaumel, dont les images, influencées par les courants modernes de la « nouvelle vision » et la « nouvelle objectivité », témoignent aussi d’un réalisme poétique annonciateur de la photographie humaniste.

À sa suite, l’immédiate après-guerre voit naître le photographe auquel Toulouse va durablement s’identifier : Jean Dieuzaide, dit « Yan ». Reprenant les rênes du Cercle des XII, il s’y entoure de très bons amateurs et d’excellents professionnels qui présentent leurs œuvres sur les cimaises de nombreux salons nationaux ou internationaux. Soucieux de ne pas quitter sa ville et d’y représenter dignement l’art qu’il pratique, il suscite la création, en 1974, de la première galerie municipale en France dédiée à la photographie. C’est une autre histoire qui commence alors.

Cet ouvrage fait suite à l’Encyclopédie historique de la photographie à Toulouse, 1839-1914.

 

Table des matières :

La photographie en temps de guerre

L'entre-deux-guerres

1935-1950 : l'ère Germaine Chaumel

Les Trente Glorieuses : l'ère de Jean Dieuzaide

Dictionnaire biographique illustré

 

Références complètes de l'ouvrage