Contenu éditorial simple : La Légion étrangère au combat, 1914-1918

Une publication des Archives municipales de Tours, 2016, 111 pages

 

Nombreux furent les écrits des combattants de la Première Guerre mondiale, des romans de Maurice Genevoix ou Roland Dorgelès aux simples et émouvantes lettres des Poilus, sans oublier les carnets de guerre, dont certains ont été publiés. Peindre ou dessiner la guerre le fut par des artistes reconnus, combattants ou non comme Gromaire ou Henri de Groux, ainsi que par les peintres missionnés par les Armées. Rares furent les dessins décrivant au fil des offensives les combats ou tout simplement l'ordinaire de la vie du Poilu.

Les Archives de la ville de Tours conservent les planches de Marcel Durieux, légionnaire engagé en 1914 pour la durée de la guerre, dont le talent s'exprima durant tout le conflit. La commémoration du Centenaire de la Grande Guerre est l'occasion d'offrir au public une oeuvre restée jusqu'ici ignorée. Par la simplicité du trait de sa plume, le légionnaire Durieux dessine la guerre, sa guerre, une guerre tracée avec exactitude où le quotidien banal du soldat alterne avec l'indicible des combats. Marcel Durieux fut de toutes les grandes batailles, de toutes les offensives. Au cours de ses quatre années de guerre, on le suit au gré des déplacements de son régiment. Ses dessins, légendés et datés, nous permettent aujourd'hui de reconnaître tous les lieux de sa guerre.

 

Références complètes de l'ouvrage