Contenu éditorial simple : Les portiers d’eau : exposition de photographies d'Éric Sinatora

Une publication des Archives départementales de l’Aude, 2011, 75 pages

 

Des fauves aux verts, en passant par toutes les nuances de l’or que peut enfermer une palette, la plupart des représentations photographiques du Canal du Midi s’inscrivent dans un camaïeu souvent mièvre et attendu. Outre la convention des couleurs, la deuxième règle est l’absence ou la disparition comme si, en ce lieu, aucune vie humaine n’avait jamais existé, si l’on excepte la présence incongrue, figure incontournable du chromo, de quelque bateau de plaisance, comme si les hommes l’avaient fui, lui assignant maintenant le rôle de temple ou de séjour privilégié pour une médiation mélancolique.

Il appartenait à Eric Sinatora, photographe et vidéaste, de franchir l’au-delà des transparences poue construire un autre regard. Celui-ci passe par les personnages incontournables qui, au fil des saisons, parfois de génération en génération, donnent vie et sens au canal en assurant les passages, hier de lourdes péniches de commerce, aujourd’hui des bateaux aux errances en forme d’escapades : les éclusiers. Mais, les appréhender c’est avant tout s’approcher d’un territoire qui se conjugue sous une forme de royaume, avec leurs maisons, en apparence semblables, mais qui se distinguent, ça ou là, le détail d’un pignon ou la matière d’un chéneau, la nuance du pastel dont sont peins les volets que le soleil de l’été tiens toujours à demi fermés, des arcatures à peine dessinées. Avant tout c’est percevoir le rêve qu’elles incarnent dans la luxuriance des jardins qui les ornent, cannas altiers, arums mélancoliques, foisonnement des roses, émerveillement inattendus de volières multicolores où s’ébattent les oiseaux. Entre deux rives et deux étapes, en affichant leur imaginaire elles affirment l’ordre immuable du monde, la domestication secrète du sauvage.

Cette publication est le catalogue de l’exposition de photographies d’Éric Sinatora, présentée aux Archives départementales de l’Aude du 9 septembre au 28 octobre 2011. La première partie de l’ouvrage présente une partie des œuvres des onze autres photographes audois exposées dans onze lieux différents à l’occasion du « Parcours photographique ».

 

Références complètes de l’ouvrage