Contenu éditorial simple : « J’espère que tu vas bien… ». Correspondance de deux familles limayennes pendant la Grande Guerre

Une publication des Archives municipales de Limay, 2014, 31 pages

 

Près de 600 enfants de la ville se sont investis dans un projet commun durant l’année scolaire 2013-2014 en participant avec leurs enseignants aux ateliers pédagogiques « Limay 1914-2014-2114 ». Un projet d’envergure qui retrace l’histoire de la ville de Limay pendant la Première Guerre mondiale. Un projet qui relate l’existence douloureuse, passionnelle de familles limayennnes à l’épreuve de la guerre. L’absence, le doute, la distance, la frustration et l’espoir… autant de sentiments qui ont animé les familles respectives qui ont subi malgré elles ce conflit ravageur en vies humaines.

Le projet « Limay 1914-2014-2114 » a reçu le label « Centenaire » de la Mission Nationale du Centenaire et s’inscrit dans le programme national de commémoration de la guerre 1914-1918.

Il y a 100 ans débutait la Première Guerre mondiale. Limay était un petit village agricole de Seine-et-Oise de 1731 habitants. Si la ville était éloignée de la zone de Front, le conflit bouleversa tout de même la vie de ses familles, le fonctionnement de son économie. Alors que le dernier poilu, dernier témoignage vivant de la grande guerre, est décédé, ne pas oublier, se souvenir de cet événement historique majeur qui a profondément changé le monde, est indispensable.

Au travers de l’atelier « Correspondance », cinq classes limayennes, de l’élémentaire au secondaire, se sont projetées dans la peau de deux familles imaginaires limayennnes. Ces classes ont échangé entre elles autour des thèmes de l’absence, de la vie quotidienne vécue par les femmes et les enfants limayens restés pendant la guerre au village, et autour de la réalité vécue par les soldats dans les tranchées.

Les écrits que vous avez entre les mains dépassent la réalité de la Grande Guerre. À travers ces lettres, les élèves de la ville nous font partager des émotions bien réelles, des émotions qui leur appartiennent aujourd’hui, en 2014.

 

Retrouvez les inventaires des Archives départementales des Yvelines