Contenu éditorial simple : Le tacot du Haut-Doubs

Une publication des Archives municipales de Pontarlier, 2017, 31 pages

 

Le tacot, surnom donné aux petits trains d’intérêt local qui sillonnent la campagne pendant la première moitié du XXe siècle, transporte à petites allures et fortes péripéties, voyageurs et marchandises !

Les quatre lignes qui relient des villages du Haut-Doubs (PontarlierMoutheFoncine-le-Haut ; AndelotLevier ; MorteauMaîcheTrévillers et BesançonAmathay-Vésigneux – Pontarlier) permettent à des communes éloignées de toute voie ferrée de bénéficier d’une ouverture sur l’extérieur. L’impact sur le développement économique de l’agriculture et du tourisme est indéniable en assurant le transport des voyageurs (locaux et touristes) mais également des marchandises, notamment du foin, de la paille et du bois.

Les difficultés liées aux conditions hivernales, aux parcours sinueux ou à la vétusté du matériel roulant, entraînent les voyageurs dans des périples où la patience est plus de rigueur que le respect des horaires.

 

Références complètes de l’ouvrage