Contenu éditorial simple : Maisons landaises. Histoire et traditions

Une publication des Archives départementales des Landes, 2017, 94 pages



Maison trapue au bord des pins, maison de pierre à deux étages sur les rives de l’Adour, ferme-cour sur les pentes des vallons, le bâti rural des Landes s’est développé sans unité de lieu dans ce département de sable, de rivières et de collines, mais avec une unité de temps au cours des XVIIIe et XIXe siècles marqués par une évolution démographique nouvelle dans l’histoire.

Au début du XIXe siècle, le département des Landes est le moins peuplé d'Aquitaine, avec environ 240 000 habitants et des densités de population très inégales entre le nord (environ 10 haibtants au kilomètre carré autour de Sabres) et le sud (70 autour de Mugron). Essentiellement rural, il se compose de quelques centres urbains de petite importance.

L’Homme recherche un lieu pour construire son abri, afin d’échapper à l’eau qui tombe ou qui inonde, se protéger des vents, trouver sur place ou non loin les matériaux pour construire, s’inscrire dans les structures économiques de l’espace pour y survivre et s’y reproduire socialement.

La maison est l’œuvre d’artisans et de ceux qui vont l’occuper, tous conscients des nécessités quotidiennes. Choisir les matériaux, les utiliser de manière rigoureuse et ordonnée relève d’une connaissance ancienne que les charpentiers et les maçons se transmettent dans un cadre familial, tout comme le savoir-faire qui n’exclut pas l’originalité et le goût.

L’Homme habite la maison avec ceux qui vivent « au même pot et au même feu », accompagné des animaux, constituant ainsi un groupe domestique qui se partage cet espace – lieu d’activités et de repos – et le transmet.

 

Retrouvez les inventaires des Archives départementales des Landes