Contenu éditorial simple : L’eau douce et la mer. Du Mercantour à la Méditerranée

Une publication des Archives départementales des Alpes-Maritimes, 2007, 291 pages

 

L’eau, indispensable à la vie, s’écoule en abondance dans les Alpes-Maritimes, tantôt discrète pendant les longues saisons sèches et par ses parcours souterrains, tantôt excessive lorsque s’abattent des pluies diluviennes qui gonflent exagérément les torrents, jetés brutalement à la mer par les fortes déclivités, ravageant tout ce qui s’oppose à leur passage.

Prodiguant tour à tour bienfaits et désastres, l’eau est au cœur de l’histoire des Alpes-Maritimes. Souvent proche des villages de montagne qui, parfois, se sont risqués à côtoyer les rivières, l’eau a longtemps fait défaut, dans les Préalpes et sur le littoral, aux agglomérations qui s’étaient perchées au Moyen Âge pour se prémunir contre l’insécurité.

Mais l’homme, dans sa quête de l’eau, est parvenu à mettre au point des techniques aussi diverses qu’ingé­nieuses pour la collecter : récupération de pluie, drai­nage souterrain, condensation ou encore adduction, dont les Romains ont été les grands initiateurs dans la région, comme à Cimiez et à Antibes.

De plus en plus ambitieux, les canaux de la fin du XIXe siècle ont apporté une révolution par le passage progressif de la desserte collective d’une eau de qualité incertaine dans la fontaine publique, à la distribution individuelle d’une eau saine dans chaque logement.

L’eau à la portée de tous, abondamment utilisée dans l’économie, est avant tout pour l’homme destinée à évacuer les déchets. La prise de conscience, à la fin du XIXe siècle, des risques pour la santé, causés non seulement par les eaux stagnantes mais aussi par les eaux usées provenant des activités humaines, imposa la mise en œuvre de l’assainissement, d’abord immenses réseaux d’égouts se contentant d’éloigner les eaux pol­luées puis véritable traitement de l’eau qui n’a connu un tournant décisif qu’à la fin du XXe siècle lorsque s’est révélée l’ampleur désastreuse de la pollution qui gangrenait terre et mer.

Eau pure et satisfaction des besoins dans un équi­libre harmonieux avec la ressource naturelle constituent désormais, au XXIe siècle, des enjeux essentiels pour les Alpes-Maritimes comme pour l’ensemble des territoires. Une exposition virtuelle est également disponible en ligne.


Référence complètes de l’ouvrage