Contenu éditorial simple : Sur les traces de la Grande Guerre. Cent ans de mémoires intimes et d'histoire collective en Val-de-Marne

Une publication des Archives départementales du Val-de-Marne, 2015, 128 pages

 

Si le territoire couvert par l'actuel Val-de-Marne n'est pas une zone de combat, il contribue, comme l'ensemble du territoire national de l'époque et de son empire colonial, à la mobilisation. Archives et objets symboliques attestent des difficultés de la vie quotidienne à l'arrière, de l'accueil des réfugiés, du passage des troupes, de la présence des soldats cantonnés ou hospitalisés mais aussi de la mort de masse.

Dès 1914, la guerre s'ancre dans les mémoires. Lettres, photographies, artisanat de tranchées montrent l'importance que les hommes mobilisés attachent à laisser une trace de leur participation au conflit. Cartes de mutilés, cartes d'anciens combattants, affiches et ouvrages témoignent de la complexité du retour à la vie civile après un conflit d'une violence sans précédent tandis que les autorités publiques s'engagent dans une valorisation des soldats conduisant, à partir des années 1990, à une héroïsation des derniers « poilus ».

Avec l'envoi des premiers avis de décès à l'automne 1914, un culte du souvenir se met en place aussi bien dans l'univers familial que dans l'espace public. De nombreuses traces mémorielles expriment la souffrance du deuil et l'instauration d'hommages publics allant des livres d'or au monuments aux morts passant par des diplômes. Avec la Grande Collecte lancée en 2013, les archives conservées par les habitants du département, cent ans après le conflit, sont largement mises en partage, contribuant ainsi à ouvrir les traces laissées par la Première Guerre mondiale à de nouveaux champs d'exploration de mémoires plurielles.