Contenu éditorial simple : Empreintes italiennes. Marseille et sa région

Une publication réalisée avec la collaboration des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 2013, 133 pages

 

L’immigration italienne dans la région marseillaise est un phénomène ancien et en particulier : 5 000 à 6 000 Italiens installés à Marseille à la fin du XVIIIe siècle sur une population totale de 100 000 habitants. Mais c’est surtout à partir de la seconde moitié du XIXe siècle que la vague migratoire est la plus importante. Ainsi, en 1911 ils sont 97 000 italiens recensés sur 550 000 habitants.

De nombreux documents les concernent. L'administration comptabilise la population étrangère grâce aux recensements et aux nombreux tableaux et listes demandés aux maires. La surveillance policière de la vie politique s’exerce également pour les populations immigrées dont on redoute qu’elles dif­fusent des opinions antinationales.

Des renseignements fort utiles figurent dans l’inspection des logis, les rapports du conseil sanitaire de Marseille, qui décrivent des logements souvent insalubres dans les quartiers populaires où s’entassent les familles nom­breuses italiennes.

Pourtant, les Italiens échappent souvent à la réglementa­tion mise en place et la délinquance est une réalité que l’on retrouve dans les documents judiciaires qui nous apprennent de nombreux et précieux détails de la vie quotidienne.

Si les dossiers de naturalisation sont très nombreux, ceux concernant les expulsés le sont plus encore : entre 1859 et 1940, ils représentent 807 cartons d’ar­chives pour l’ensemble des immigrés résidant sur notre territoire.

À côté des archives publiques, les fonds privés sont également très riches pour l’histoire de l’immigration italienne. Les archives industrielles, celles des comités d’entreprises, des syndicats, les collections d’affiches, de cartes postales, de photographies, nous permettent eux aussi d’approcher au plus juste l’histoire de l’immigration italienne.

 

Références complètes de l’ouvrage