Contenu éditorial simple : Histoires d'eaux : une ville en quête d'eau potable

Une publication des Archives municipales d'Annecy, 2012, 41 pages

 

Pendant longtemps, l'alimentation en eau de la ville d'Annecy a été essentiellemenet assurée par quelques puits, fontaines ou citernes publics et privés. En 1820, la première tentative de création d'un réseau d'eau potable alimentant, depuis la source des Marquisats, plusieurs fontaines jaillissantes publiques voit le jour : l'expérience tourne court dès 1826. Au milieu du XIXe siècle, face à cette demande croissante, la muncipalité d'Aimé Levet se préoccupe sérieusement de trouver une sources susceptible d'approvisionner plusieurs bornes-fontaines. Finalement, en 1853, la source dite des Balmettes, est découverte à Vovray sur la proprieté du baron Falquet et, le 4 février 1856, la première des bornes-fontaines est mise en service. Mais trente ans plus tard, la source des Balmettes n'est plus en mesure de satisfaire les besoins d'une population en augmentation, aussi, le conseil municipal décide-t-il de se mettre en quête d'une source plus abondante.

Quatre points de prise d'eau furent envisagés : sources de Vieugy, de Morette, du Var (commune de Saint-Jorioz) et lac d'Annecy. Les sources de Vieugy et de Morette furent rapidement disqualifiées : la première parce que trop incrustante et ayant un degré hydrométrique trop élevé ; la seconde parce que nécessitant des dépenses trop importantes du fait de son éloignement (environ 20 kilomètres). Ainsi, restaient seules en compétition, la source du Var et l'eau du lac dont les partisans respectifs s'affrontèrent au cours d'orageuses séances du conseil municipal.

 

Références complètes de l'ouvrage