Contenu éditorial simple : 1914-1918. Douai : jours de guerre. Kriegszzustand Recklinghausen

Catalogue de l'exposition commune des Archives communales de Douai et de la ville de Recklinghausen, 2014, 175 pages

 

Douai (ville du Nord-Pas-de-Calais) et Recklinghausen (ville de Rhénanie du Nord-Westphalie) sont jumelées depuis près de 50 ans. Leurs services d'archives se sont associés pour présenter une exposition commune, bilingue sur la vie des habitants des deux cités pendant la Première Guerre mondiale et leur perception du conflit.

Les deux villes connurent une situation très différente. Douai, à l'arrière du front, fut occupée durant tout le conflit. Les autorités allemandes firent en sorte que les troupes, qui y stationnaient avant de monter au front ou pour s'y reposer, puissent y vivre normalement : spectacles, magasines réservés, presse... A l'inverse les Douaisiens souffraient de restrictions, réquisitions et brimades ; il durent en outre partager leur logement et une nourriture chiche avec les évacués en provenance des villages du front. Et finalement, en 1918, les allemands mirent le feu à la ville et la pillèrent avant de se retirer.

Si Recklinghausen ne subit pas, elle, de destructions, ses habitants endurèrent également les affres de la guerre : de nombreux jeunes gens et hommes ne revinrent pas. Les femmes durent remplacer la main-d'oeuvre masculine même aux postes les plus pénibles, les conditions de vie devinrent de plus en plus insupportables à mesure que durait le conflit.

A Recklinghausen comme à Douai les habitants souffrirent énormément de la faim. De même, victimes de la censure, ils ont tous été tenus dans la plus totale ignorance des événements miliaitres de la Grande Guerre.

Comparer, confronter la vie quotidienne des habitants permet ainsi de souligner les différences, mais également de constater la permanence de l'état de guerre qui a affecté durablement la population civile de part et d'autre du Rhin.

 

Références complètes de l'ouvrage