Contenu éditorial simple : Vichy et les juifs : Basses-Alpes, 1940-1944

Une publication des Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, 159 pages

 

Dès 1940, Vichy impose sa politique antisémite et la collaboration dans le département des Basses-Alpes. Des juifs y sont réfugiés ou cachés, la plupart y sont assignés à résidence ou internés. En août 1942, près de 60 juifs étrangers sont livrés aux autorités allemandes par l'administration française. Ces juifs sont conduits à Nice ou au camp des Milles avant d'être transférés au camp de Drancy et déportés à Auschwitz.

Au plan local, la politique de Vichy est appliquée par la préfecture et singulièrement par le bureau de la police et des étrangers, dirigé par un chef de bureau, milicien notoire qui combattra au sein de la division SS « Charlemagne » et qui sera condamné à mort en 1945. L'occupation italienne, de novembre 1942 à septembre 1943, freine les velléités françaises. Mais, à partir de novembre 1943, la brutalité nazie s'exprime par une « chasse aux juifs » qui atteint son paroxysme en mai 1944. Au total, plus de 300 juifs sont arrêtés entre août 1942 et mai 1944 dans les Basses-Alpes avant d'être déportés et exterminés.

 

Références complètes de l'ouvrage