Contenu éditorial simple : Frontstalag 122 Compiègne-Royallieu. Un camp d’internement allemand dans l’Oise, 1941-1944

Une publication des Archives départementales de l’Oise, 2008, 199 pages

 

Qui connaît l’histoire, voire seulement l’existence, du camp de Royallieu à Compiègne ? Ce fut pourtant l’un des camps d'internement les plus importants de France.

Le régime nazi le destinait principalement aux résistants et aux opposants politiques, mais y interna aussi des civils raflés, des ressortissants de puissances alliées et des Juifs. Plus de 50 000 personnes y ont été enfermées, attendant leur départ vers les camps de concentration et d’extermination nazis. C’est de la gare de Compiègne qu’est parti, le 27 mars 1942, à destination d’Auschwitz, le premier train de déportés quittant le sol français. De ce même quai, 39 autres convois emporteront 40 000 hommes et femmes du Frontstalag 122 vers les camps de la mort. Beaucoup ne sont pas revenus.

Si les témoignages sont nombreux, aucune étude scientifique de l’histoire de ce camp n’avait encore été publiée. Le Conseil général de l’Oise, engagé dans le projet du Mémorial de l’Internement et de la Déportation de Royallieu, a décidé de combler cette lacune. Il a réuni dès 2005, auprès des Archives départementales, trois chercheurs, Beate Husser, historienne allemande, Jean-Pierre Besse et Françoise Leclère-Rosenzweig, docteurs en histoire. Résultat de leurs travaux, cet ouvrage constitue le premier texte scientifique sur le camp de Royallieu. Fondé sur les archives allemandes et françaises, et sur celles de la Croix-Rouge, il restitue son histoire à ceux qui en ont été les victimes et permet désormais le travail de mémoire. Parce que chacun doit savoir, comprendre et ne jamais oublier.

 

Table des matières :

Le camp de Royallieu dans la politique de répression

L'organisation du camp de Royallieu

Les internés

Convois et déportation

 

Références complètes de l’ouvrage