Contenu éditorial simple : L'occupation et l'après-guerre à Laval. Journal de Félix Desille, 1939-1952

Une publication des Archives départementales de la Mayenne, 2015, 308 pages

 

C'est le 2 septembre 1939, jour de mobilisation générale, qu'un habitant de Laval, Félix Desille, frappé par l'importance des événements que son pays est alors en train de vivre, se décide à tenir un journal personnel, à l'âge de 70 ans. Il l'intitule « Cahiers de la guerre », sans se douter qu'il va poursuivre ce travail bien après la fin du conflit, jusqu'à sa mort survenue en 1952, treize ans plus tard.

Dans ces cahiers manuscrits, conservés aux Archives départementales de la Mayenne, on entend un écho assourdi des événements militaires et des convulsions politiques qui agitent à cette époque la France et l'Europe, mais c'est surtout la vie de ses concitoyens pendant ces années noires que l'auteur s'attache à rapporter, émaillant son récit d'anecdotes et de détails tirés de son observation de la chronique locale, que des moments forts viennent ponctuer : en juin 1940, le déferlement des réfugiés de l'Est, suivi par l'entrée dans Laval de l'armée allemande d'occupation, en juin 1944 le bombardement de la ville puis sa libération par les Alliés au mois d'août.

Quant aux pages écrites pendant les années d'après-guerre, elles apportent un éclairage précieux sur l'histoire de Laval au début de la période des Trente Glorieuses alors que la ville se relève de ses blessures et travaille à sa recontruction.

Le texte de Félix Desille est acompagné des dessins réalisés par l'auteur lui-même pour illustrer son journal, complétés par les fonds iconographiques des Archives départementales, notamment par une exceptionnelle collection de photos d'identité qui permet d'associer un visage au nom de certains Lavallois illustres ou moins connus.

Ce document ne devrait pas seulement attirer l'attention des Mayennais, qui y trouveront évoqués beaucoup de noms et de faits qui sont familiers à leur mémoire collective. Il s'adresse également à tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de ces années sombres car le témoignage apporté par Félix Desille est aussi le reflet d'un état d'esprit partagé à l'époque par une majorité de Français.

 

Références complètes de l'ouvrage