Contenu éditorial simple : Mémoires d’un Terre-Neuvas. Eustache Le Pelley Fonteny (1745-1820)

Une publication des Archives départementales de la Manche, 2011, 189 pages

 

La pêche de la morue au large de Terre-Neuve compte au nombre des épopées maritimes qui peuplent notre imaginaire, à tel point qu’on la désigne souvent du terme de « grande pêche » ou de « grand métier ». Pendant quatre cents ans, elle a rythmé la vie de nombreux ports français jusqu’aux années 1930. Et l’on imagine mal combien rude, difficile et dangereuse était la pêche dans ces mers froides et tempétueuses. Une bibliographie abondante s'est depuis longtemps emparée de ce thème, qui a aussi inspiré de nombreux romanciers et des cinéastes. Pourtant, les témoignages directs sur cette activité sont rares et même exceptionnels pour les périodes les plus anciennes.

Les gens de mer d'autrefois ont peu écrit sur leur métier. Rien ou presque ne nous a été transmis par le monde des matelots et des hommes de maistrance. Si l'on possède des souvenirs personnels rédigés par des officiers de la marine militaire d'Ancien Régime, ainsi que les récits autobiographiques des chefs corsaires, les écrits des capitaines de la marine de commerce et de pêche sont rarissimes. C'est ce qui fait tout l'intérêt des mémoires laissées par Eustache Le Pelley Fonteny (1745-1820), capitaine granvillais, à une époque où ce port de la côte ouest du Cotentin arme, à part égale avec Saint-Malo, les deux tiers de la flottille morutière française. En un style sobre et dépouillé, l'auteur raconte ses campagnes de pêche et « fortunes de mer » entre 1764 et 1779, quinze ans d'activité maritime ponctuée par ses voyages entre Terre-Neuve, Marseille, Le Havre et Granville, son port d'attache.

Sans rien renier du caractère scientifique de leur ouvrage, les deux auteurs se sont attachés à éclairer les passages les plus difficiles des mémoires d’Eustache par des commentaires abondants qui en facilitent la lecture. Une riche iconographie d’époque, provenant de collections du monde entier, vient enrichir cette présentation et fait, de cet ouvrage de qualité, une édition scientifique richement illustrée qui réjouira tous les amateurs d’histoire maritime comme les chercheurs les plus exigeants.

 

Références complètes de l’ouvrage