Contenu éditorial simple : Les relations franco-allemandes à travers les atlas scolaires allemands et français

Une publication des Archives municipales et de l'Eurométropole de Strasbourg, 2006, 75 pages

 

Le cartographe allemand, Gerhard Mercator (1512-1594), a été le premier à utiliser, en 1595, le mot atlas pour désigner un recueil de cartes à peu près homogènes décrivant les différentes parties du monde. Les atlas thématiques apparaissent au XVIIIe siècle et se multiplient au siècle suivant. Les atlas scolaires, destinés à instruire les écoliers, forment une catégorie rare parmi les atlas thématiques, rarement conservés dans les collections publiques. Cependant, un choix pertinent de cartes françaises et allemandes permet de suivre l'évolution territoriale de la frontière franco-allemande et des relations bilatérales entre la France et l'Allemagne de 1743 (atlas de Johann Baptist Homann) à 1976 (List Grosser Weltatlas). Par le choix des informations représentées, ces cartes reflètent l'état de l'opinion à leur époque. Ainsi, côté allemand, l'accent est-il mis tantôt sur les défaites de Napoléon à Leipzig en 1813 ou l'annexion de l'Alsace-Moselle en 1871, tantôt sur les différents statuts de la Sarre après la Seconde Guerre mondiale et, enfin, la construction de la Communauté européenne dans les années 1970. Côté français, les cartes montrent l'extension de l'Empire par Napoléon, tentent de justifier le rattachement de l'Alsace à la France ou regrettent son annexion par l'Allemagne en 1871 par exemple. Ces atlas montrent aussi les influences croisées des pensées géographiques françaises et germaniques aux XIXe et XXe siècles.

 

Références complètes de l'ouvrage