Contenu éditorial simple : La compagnie des chemins de fer de l'Est (1854-1937)

Une publication des Archives départementales des Vosges, 2005, 79 pages

 

Terrasse fleurie à Vittel, fin de siècle : une fillette, armée d'un cerceau, joue sous les yeux de sa mère, assise dans la quiétude d'une après-midi d'été. Voilà bien sans doute l'affiche la plus célèbre de cette compagnie des chemins de fer de l'Est, née en 1854 et qui vécut moins d'un siècle. Comment concevoir en effet le développement des prestigieuses stations des Vosges, Martigny-les-Bains, Plombières-les-Bains, Vittel, Contrexéville, sans songer immédiatement à l'implantation contemporaine de lignes nouvelles, à l'inauguration de gares flambant neuf, pour acheminer et accueillir ces curistes ? Mais c'est presque déjà l'aboutissement d'une véritable révolution ...

Plusieurs historiens, A. Marchand (1924), L.-M. Jouffroy (1932), M. Ellenberger (1975) et plus récemment E. Petitjean (1997), se sont penchés sur l'histoire de cette compagnie ferroviaire. Née d'un débat âpre, quoique publiquement défendue comme essentielle pour le pays, au plan économique et stratégique, la ligne de l'Est bénéficia indéniablement de la loi de 1842, autrement dite « étoile de Legrand », système hybride dans lequel l'État prenait à son compte la construction des infrastructures et laissait à des compagnies fermières la charge de la superstructure, du matériel et de l'exploitation. Mais il faut aussi rappeler la ténacité des industriels vosgiens, qui surent porter les projets d'ouverture de lignes locales, Épinal-Remiremont, Lunéville-Saint-Dié, sans compter les percées transvosgiennes, à visées ouvertement économiques. Symbole de développement, symbole de progrès technique, la compagnie de l'Est réunit les fonds, obtint les subventions, survécut aux guerres de 1870 et de 1914-1918. Son histoire s'achève, à l'instar de toutes les autres compagnies ferroviaires françaises, par le regroupement de 1937, prélude à la création de la SNCF.

À travers affiches ferroviaires, maquettes de locomotives prestigieuses, croquis techniques, accessoires vestimentaires, cartes postales et tirages photographiques originaux, du milieu du XIXe au milieu du XXe siècle, les Archives départementales des Vosges ont souhaité poser les jalons de cette implantation ferroviaire dans le département, illustrer ses implications touristiques et sociales et recréer une part du quotidien des administrateurs du réseau, des cheminots, des usagers aussi. D'une ligne à l'autre, d'une gare à l'autre, en forme d'invitation au voyage ...

 

Références complètes de l'ouvrage