Contenu éditorial simple : Un commerce pour gens ordinaires ? La Rochelle et la traite négrière au XVIIIe siècle

Une publication des Archives départementales de la Charente-Maritime, 2010, 80 pages

 

Depuis 2006, le 10 mai est la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions. Notre pays est d'ailleurs le seul à avoir pris cette initiative, comme il est le seul à avoir reconnu la traite négrière et l'esclavage comme un crime contre l'humanité. Comme l'a souhaité Jacques Chirac, alors Président de la République, « au-delà de l'abolition, c'est l'ensemble de la mémoire de l'esclavage longtemps refoulée qui doit entrer dans notre histoire ».

Ce catalogue d'exposition contribue pleinement à ce processus indispensable. Les documents très intéressants, qui n'avaient pas encore été organisés et présentés, fournissent un éclairage saisissant sur la place « ordinaire » que tenait le commerce triangulaire à La Rochelle au XVIIIe siècle, son fonctionnement au quotidien, ses réseaux...

Il était important de mieux connaître, pour mieux comprendre et pour mieux apprécier l'importance historique des abolitions de 1794 et de 1848, ainsi que la nécessité de rester d'une vigilance sans concession sur tout symptôme de survivance ou de résurgence de l'esclavage.