Contenu éditorial simple : Cerisy. Un château, une aventure culturelle

Une publication des Archives départementales de la Manche, 2002, 111 pages

 

Si la Manche, comme bien d'autres départements, est riche d'un patrimoine considérable de châteaux et de manoirs, peu d'entre eux peuvent s'ennorgueillir de voir liés à leur histoire une aventure intellectuelle aussi passionnante que celle du château de Ceriy-la-Salle. Depuis cinquante ans en effet, cette élégante demeure du XVIIe siècle abrite un centre culturel international dont la renommée a dépassé depuis longtemps toutes les frontières.

Jusqu'en 1952, le nom de Cerisy, commune rurale d'un millier d'habitants située au coeur du bocage contançais, n'avait guère franchi les limites du département. Le château était une agréable « maison de famille » dont on savait tout au plus dans la région qu'il avait été un foyer protestant actif pendant les guerres de religion et au-delà. Rien ne le prédestinait à devenir un foyer intellectuel de premier plan, même si au tournant du XIXe et du XXe siècle, il avait vu dans ses murs s'installer une société lettrée autour d'un des plus grands philologues de son temps, Gaston Paris.

C'est par la volonté d'une femme de caractère, Anne Heurgon-Desjardins, que le destin de Cerisy a basculé. En 1952, celle-ci recrée à Cerisy les décades littéraires, philosophiques et politiques que son père, Paul Desjardins, avait inaugurées à l'abbaye de Pontigny (Yonne) en 1910. Depuis lors, chaque été, Cerisy reçoit des intellectuels, des artistes, des écrivains, des scientifiques pour débattre et nouer des échanges à l'abri des agitations de la vie urbaine. C'est ce projet, initié par Paul Desjardins, poursuivi par ses descendants, Anne Heurgon-Desjardins, et depuis 1977, par ses filles, Catherine et Edith, qui a fait en cinquante ans la renommée internationale du château de Ceriy-la-Salle.

 

Références complètes de l'ouvrage