Contenu éditorial simple : Incyclopédie du continent réunionnais. La vérité sur La Réunion avant 1946

Une publication réalisée avec la participation des Archives départementales de La Réunion, 2017, 96 pages

 

Quand, en 1953, les jeunes Archives départementales de La Réunion ont présenté leur première exposition, consacrée à Mahé de La Bourdonnais, sous une tente dressée dans le jardin privé de la préfecture, tout était plus simple. Outre un bois sculpté, un grand portrait et la maquette d’un navire, dix vitrines présentant des documents étaient proposés à la délectation « aussi bien du grand public que de l’élite intellectuelle de l’île », comme le rappelle la brochure de l’exposition. Dans son discours, le secrétaire général de la préfecture exalta le rôle de La Bourdonnais et la valeur de son exemple. On n’oserait plus aujourd’hui avancer avec de telles certitudes à la ren­contre « des publics », comme on dit désormais.

Bien sûr, le propos s’est diversifié par la suite et la forme a évolué au gré des expositions, les Archives départementales disposant dans le bâtiment du Chaudron puis dans celui de ChampFleuri d’espaces dédiés. Si l’évocation des princi­pales périodes historiques et des grands hommes de La Réu­nion restent les thèmes les plus fréquents, la photographie et la musique deviennent aussi, le temps d’une exposition, le sujet principal.

En présentant l’INcyclopédie uchronique d’Emmanuel Kamboo, les Archives départementales tentent d’explorer une approche plus émotive de notre histoire, comme elles l’ont fait l’an passé en accueillant en résidence l’artiste plas­ticienne Gabrielle Manglou.

Cet atlas vise à faire le point sur l'état des connaissances, d'après des sources fiables et contradictoires, quant aux réalités géopolotiques, économiques et touristiques de La Réunion avant la départementalisation de 1946. Si l'inclusion de La Réunion dans l'ensemble national a pu apporter certains bienfaits, cette intégration a été payée par l'oubli d'un passé glorieux, chargé de batailles et de grandes découvertes scientifiques qui ont fait de La Réunion un sujet d'admiration pour le reste du monde civilisé. Le continent réunionnais s'étendait alors de l'Inde à l'Australie, occupant une place centrale dans ce qui se nommait alors « Océan Réunionnais ». Par un mystère que les membres les plus éminents de l'Institut s'engagent à percer, ce « huitième continent » a été réduit à la taille d'un îlot, difficile désormais à distinguer sur une mappemonde.

Notre Réunion, ce « département » que certains situent encore dans le Pacifique ou la mer des Caraïbes, doit prendre conscience qu'elle constitue un monde à part. Ses épopées du passé lui accordent le droit de se hisser au niveau des plus grands Etats de la planète. Car notre île a connu, elle aussi, ses sultanats, ses royaumes, ses dynasties, ses concessions étrangères, ses ruines antiques, ses forteresses et ses cohortes d'animaux sauvages.

Qu’on ne s’y trompe pas cependant : c’est l’« histoire vraie » qui est en creux dans la fiction. Au-delà du plaisir esthétique et du jeu, le visiteur pourra mettre à l’épreuve son érudition pour identifier les modèles, mesurer les décalages, repérer les allusions.

 

Références complètes de l’ouvrage