Article : Habiter l’industrie. L’histoire des cités ouvrières mosellanes

Une publication réalisée avec la participation des Archives départementales de la Moselle, 2017, 30 pages

 

La révolution industrielle se caractérise par une frappante augmentation des échelles de production. Ces progrès supposent la construction d’usines de plus en plus importantes, qu’actionnent des centaines, voire des milliers d’ouvriers, que les territoires concernés restent souvent incapables de proposer. Par ailleurs, l’installation de ces structures est décidée non par la proximité des centres urbains pourvoyeurs de main-d'œuvre mais par la nécessité des moyens de transport ou la proximité des matières premières ou sources d’énergie, supposant des implantations fréquemment écartées des lieux d’habitation traditionnels.

Ces paramètres poussent les entrepreneurs à proposer des logements, concentrés en cités ouvrières, dans un mouvement entamé dès la fin du XVIIIe siècle qui se poursuit jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle. Ces opérations immobilières, dont les formes évoluent au gré des idées urbanistiques de leur temps, abritent une population dont l’immense majorité est tournée vers une activité unique, initiant des caractères collectifs souvent très marqués. La Moselle, par la diversité et l’ancienneté de son activité industrielle, hérite de cités de formes variées, comme Stiring-Wendel et Bataville, dont l’exposition retrace l’évolution, de la fin de l’Ancien Régime aux Trente glorieuses, sans oublier l’épisode si particulier de l’annexion à l’Allemagne.

 

Retrouvez les inventaires des Archives départementales de la Moselle