Contenu éditorial simple : Le rampeau, c’est tout un art. Jeux de quille et jeu de piquet dans le Lot. Pratiques contemporaines et mémoire

Une publication des Archives départementales du Lot, 2006, 120 pages

 

Dans le courant de la progressive transformation de certains jeux de force et d’adresse en sport fédéré, la Fédération nationale des sports de quilles a vu le jour en février 1957, groupant les fédérations de quilles de six, de huit, de neuf, les quilles asphalte et les quilles de dix ou bowling. Le jeu de neuf est celui qui a été codifié le plus tôt, dès le premier tiers du XIXe siècle. Cette codification débouche sur la création d’une fédération de quilles de neuf en 1948. Pour les quilles de huit, une particularité aveyronnaise, là aussi la codification commence très tôt, en 1912.

Face à ces sports de quilles, il existe ou il a existé une multitude de jeux non fédérés que l’on peut qualifier de traditionnels, à trois, cinq, six, sept et neuf quilles. Dans tous les cas, il s’agit de renverser les quilles posées à terre, en nombre et dispositions variés, au moyen d’un projectile envoyé à la volée ou que l’on fait rouler. Non réglementés sur le modèle sportif, ils s’inscrivent dans l’ordre de la coutume et donnent lieu à des pratiques non codifiées, si ce n’est par les usages très pointilleux que les joueurs mettent en place sur leur propre quillier et qui s’opposent radicalement à la standardisation des sports de quilles.

Le point commun entre tous les jeux de trois que l’on peut (ou que l’on pouvait) rencontrer en France est la disposition des quilles en une seule ligne. Au-delà, force est de constater que les façons de jouer avec trois quilles sont multiples, tant en ce qui concerne le matériel utilisé que les conventions du déroulement des parties. Le jeu peut également se singulariser par l’adjonction de dispositifs particuliers sur l’aire de tir : plancher posé à l’avant des quilles que la boule doit impérativement atteindre avant d’abattre les quilles ou encore barrière-guide disposée sur le côté des quilles.

A lui seul, et dans le seul département du Lot, le jeu de trois recouvre des pratiques très diverses que nous allons examiner en veillant à les resituer dans leur contexte global de production. Nous nous attacherons aussi bien à présenter le cadre et les formes de la réactivation du jeu, qu’à décrire le rampeau tel qu’il était pratiqué avant son essoufflement.

 

Références complètes de l’ouvrage