Contenu éditorial simple : Le vitrail dans le Pas-de-Calais de 1918 à 1939

Une publication des Archives départementales du Pas-de-Calais, 1990, 119 pages

 

Hormis les verrières des églises Notre-Dame de Saint-Omer (Xe siècle) et de Locon (XVIe siècle), auxquelles s'ajoutent quelques panneaux et fragments épars, les richesses du Pas-de-Calais en matière de vitrail se limitent aux XIXe et XXe siècles. L'entre-deux guerres marque un des temps forts dans la constitution de ce patrimoine puisqu'on peut estimer que le tiers environ a été produit durant cette période.

Il s'agit d'un moment de l'histoire du vitrail qui reste peu connu du public, qui correspond à la reconstruction des édifices détruits pendant la Première Guerre mondiale. Ces années ont donné lieu à une intense activité verrière en complément des travaux de reconstruction des édifices. Leurs auteurs, certains très réputés, d'autres plus modestes, sont pour la plupart étrangers au Pas-de-Calais, le département ne possédant pas de centre de fabrication important. Venus des quatre coins de France, ils ont laissé un ensemble d'oeuvres qui offre un échantillonnage de la production nationale durant ces vingt années, à un moment-charnière de l'évolution du vitrail, qui essaye de s'affranchir des conventions du siècle passé. Les mécanismes de commande permettent également de comprendre le rôle des commanditaires, qu'il s'agisse des architectes, du clergé et des Monuments historiques (quand l'édifice détruit pendant la Grande Guerre était classé).

L'ouvrage présente les réalisations de 37 maîtres-verriers, conservées dans 220 édifices, dont 212 églises.

 

Références complètes de l'ouvrage

Retrouvez les inventaires des Archives départementales du Pas-de-Calais

Sur le même sujet, consultez La Haute-Marne et les Haut-Marnais dans la Grande Guerre