Contenu éditorial simple : Quand le Roussillon vivait de la frontière. La contrebande en Roussillon et en Cerdagne au XIXe siècle

Une publication des Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 2003, 143 pages

 

En 1659, le traité des Pyrénées crée une frontière politique qui détache le Roussillon du reste de la Catalogne, mais, au quotidien, la réalité de cette frontière est ignorée par les habitants. Elle reste fondamentalement perméable, même si au moins officiellement la crête des Albères et celle qui va du Costabonne au Puigmal deviennent la ligne de séparation entre la France et l’Espagne. En Cerdagne où la situation est plus trouble, des terres et des ruisseaux servent de ligne de partage.

Les contemporains l’attestent, les contacts humains se maintiennent : les mariages mixtes français et espagnols progressent ; les échanges économiques s’intensifient. Le traité des Pyrénées, au moins jusqu’à la fin du premier tiers du XIXe siècle, n’a pas brisé l’unité de langue et de coutumes des deux Catalognes. Il existe bel et bien deux frontières : la frontière linguistique et humaine qui passe au nord des Pyrénées, frontière née au XIIIe siècle lors du traité de Corbeil, et la frontière politique née au traité des Pyrénées en 1659, qui passe plus au sud. Ces deux lignes de partage ne coïncident pas, ce qui ne freine en rien les conflits locaux entre villages voisins.

Violée et contestée quotidiennement, la frontière est un espace trouble qui favorise le développement de la contrebande. Celle-ci a été sans doute pendant une partie du XIXe siècle une des activités essentielles des Roussillonnais.

Des deux côtés se mettent en place des caches, des filières de transport, qui ont occupé des villages entiers depuis les notables locaux jusqu’aux milieux populaires. Des dynasties contrebandières s’édifient de génération en génération et certaines sont arrivées jusqu’à nous. Redoutée par les pouvoirs publics, la contrebande est une force, un groupe de pression avec lequel il faut compter.

Cette étude pose deux questions fondamentales : quel a été le rôle de la frontière et de la contrebande dans l’émergence d’une identité nationale française en Roussillon au XIXe siècle ? Quel a été le poids économique et social de la contrebande dans la vie du département ?

 

Références complètes de l’ouvrage