Contenu éditorial simple : La forêt en Corse des origines à nos jours

Une publication des Archives départementales de la Corse-du-Sud, 2004, 59 pages

 

De la Corse « couverte de forêts » de l’Antiquité aux dénonciations constamment réitérées des incendies dans l’île tous les étés, il n’est jamais indifférent de réfléchir à l’espace forestier.

La forêt n’a cessé d’évoluer en fonction des nécessités des hommes : forêt « vierge » des premiers temps, lorsque les hommes sont peu nombreux, qu’ils vivent dispersés et qu’ils ne peuvent substantiellement altérer le paysage ; forêt « aménagée » par l’homme, au néoli­thique et plus encore avec la colonisation romaine et les premières formes d’organisation sociale ; forêt « organisée » au Moyen Âge et à l’époque moderne, une époque où l’extension de la forêt varie au gré des fluctuations démographiques ; forêt « interprétée » aujourd’hui à l’époque du tourisme de masse mais aussi des « sentiers nature ».

Très tôt, la forêt a été un enjeu de pouvoir, entre les hommes qui en vivent et qui quel­quefois y vivent, entre les communautés, entre communautés et État. Sa propriété a été revendiquée, inscrite dans le paysage, surveillée. Mais, à cet enjeu s’en sont substitués d’autres : ainsi, le XIXe siècle romantique a-t-il fait renaître l’idée d’une forêt vierge et insoumise, mystérieuse et tourmentée, voire inhabitée et non encore défrichée chez Tocqueville qui la compare alors à un « désert ». Elle est le dernier vestige d’un paradis perdu et nourrit le débat entre les partisans d’un sentiment de la nature primitive, exprimé comme une extase fondée sur la ressemblance entre le paysage intérieur (celui de l’âme) et le paysage extérieur (la forêt ou la mer tempétueuse), et ceux qui gèrent l’espace forestier.

Une construction qui recouvre inévitablement un paradoxe. Car ce fragment de nature « intact », que l’homme cherche ainsi à préserver de toute dégradation pour s’y réserver un espace de liberté, ne peut durablement survivre aujourd’hui que grâce à l’intervention humaine.

 

Références complètes de l’ouvrage