Sophie Feodorovna Rostopchine, comtesse de Ségur

Saint-Pétersbourg, 19 juillet 1799 - Paris, 9 février 1874
Dépôt du testament de Sophie Rostopchine comtesse de Ségur.

Sophie Rostopchine future comtesse de Ségur, arrive en France en 1817, épouse à vingt ans Eugène de Ségur, élève sept enfants. à cinquante-sept ans, elle entame son œuvre sous l'impulsion des éditions Hachette qui cherchent des auteurs pour les nouveaux "marchés" de la littérature enfantine et de la librairie de gare. En treize ans, elle écrit un manuel d'hygiène infantile, quatre manuels religieux et vingt romans, suites de saynètes pour petits ou romans "d'apprentissage" pour adolescents. Elle y met en scène des enfants riches ou laborieux, choyés ou maltraités dans l'entourage familier de sa Russie natale, du Paris hivernal et surtout de la Normandie chère à son cœur - elle passe une grande partie de son temps dans son château des Nouettes (Orne). La qualité de son écriture, l'utilisation d'un langage simple et direct, adapté à son public, ses intrigues construites à partir de son expérience personnelle fondent son succès immédiat auprès des jeunes.

 

Elle est un sujet de polémique pour les adultes qui la présentent tour à tour comme une aristocrate irritante, conventionnelle et sucrée, une "pédophile sadique", une sociologue avant la lettre. Les dernières recherches font ressortir son souci d'une pédagogie attentive, basée sur la psychologie et non sur la "fessée" et ses qualités d'observatrice de la vie réelle, telle qu'elle la connaît, telle qu'elle la conçoit. Plus de cent ans après sa mort, elle ne laisse pas indifférent et reste un des rares écrivains du XIXe siècle encore présents dans les médiathèques pour la jeunesse. La Comtesse de Ségur, une vieille dame qui vieillit bien.

 

Louis Le Roc'h Morgère
directeur des archives départementales du Calvados