Louis Guilloux

Saint-Brieuc, 15 janvier 1899 - Saint-Brieuc, 14 octobre 1980

Louis Guilloux en janvier 1967 au Petit TNP
© Roger-Viollet

L'enfance pauvre de Louis Guilloux fut marquée par le militantisme de son père, artisan cordonnier, un des fondateurs de la section socialiste de Saint-Brieuc. Son adolescence confrontée à la guerre et à la propagande nationaliste, fut éclairée par la rencontre et l'amitié du philosophe Georges Palante. De la première expérience naquit La Maison du Peuple (1927) ; de la seconde, Le Sang noir (1935). Reconnu par ses pairs, admiré par les intellectuels de gauche, ami de Jean Guéhenno, d'André Malraux, Louis Guilloux exerça des activités de secrétaire au Congrès mondial des Écrivains antifascistes (Paris, 1935) et accompagna André Gide en U.R.S.S. À son retour, il prend ses distances, se retire à Saint-Brieuc, milite en faveur des chômeurs et met sur pied l'accueil des réfugiés espagnols. Du Pain des rêves (1942), au Jeu de Patience (1949), à Coco perdu (1978), son œuvre témoigne en faveur des humbles et des victimes de toutes les formes de totalitarisme : idéologique ou économique. Hanté par la question du Mal, Louis Guilloux est avec ses amis Jean Grenier et Albert Camus, un aventurier de l'esprit et de la liberté, un romancier de l'individu et de la conscience.

 

Yannick Pelletier
docteur ès lettres