Rattachement des pays de l'Ain à la France

17 janvier 1601

Le 17 janvier 1601, les ambassadeurs du roi de France, Henri IV, et ceux de Charles-Emmanuel, duc de Savoie, signaient le traité de Lyon par lequel les provinces de Bresse, Bugey et pays de Gex étaient rattachées définitivement à la France, en échange du marquisat de Saluces, situé dans le Piémont et annexé à la France, par Henri II, depuis 1548.

Déjà sous François 1er, l'ensemble de ces provinces, y compris la Dombes, avaient été annexées à la France (1536) aux dépens d'Emmanuel-Philibert de Savoie et du connétable de Bourbon, mais elles avaient dû être restituées à leurs maîtres par le traité du Cateau-Cambrésis (1559). Le rattachement définitif de 1601, mettait fin à plusieurs années de guerre entre Henri IV et le duc de Savoie, Charles-Emmanuel, qui, après s'être emparé du marquisat de Saluces, profitait des guerres de la Ligue, pour revendiquer rien moins que la couronne de France en tant que petit-fils de François 1er.

Privé de l'appui de l'Espagne après le traité de Vervins (1598), le duc de Savoie fut rapidement battu militairement par le maréchal de Biron, mais les troupes françaises ne purent s'emparer de la citadelle de Bourg, l'une des plus puissantes d'Europe, qui ne se rendit qu'après la signature du traité négocié par René de Lucinge.

Ce traité revêt une importance capitale pour le département de l'Ain qui puise dans cet événement son origine et sa véritable unité que la Révolution française ne fera que confirmer et renforcer. Du même coup la France s'enrichissait de provinces francophones admirablement situées sur les grandes routes du commerce qui reliaient la région lyonnaise à la Suisse et surtout l'Europe du Nord aux pays méditerranéens.

Cette réunion marque aussi une étape cruciale dans la formation de l'Europe en mettant fin au rêve italien de la France, et au rêve français de la maison de Savoie.

 

Paul Cattin
conservateur en chef du patrimoine
directeur des archives départementales de l'Ain