L'expédition Baudin

Le Havre, 19 octobre 1800 - 25 mars 1804

Jeune femme de la tribu des Cam-Mer-Ray-Gal
Nouvelle Galle du Sud, Nouvelle Hollande
© Muséum d'histoire naturelle - Le Havre

Possums australiens - Pseudocheirus peregrinus
Le Havre, Muséum d'histoire naturelle. Collection Lesueur
© Muséum d'histoire naturelle - Le Havre

Octobre 1800, Le Géographe et le Naturaliste quittent Le Havre pour la plus vaste expédition d'exploration scientifique jamais organisée. Objectif, la Nouvelle Hollande aux rivages encore presque inconnus dont les précédents explorateurs Cook et d'Entrecasteaux n'ont qu'à peine étudié la flore et la faune pour ne pas parler des habitants.

L'Institut national, le jeune Muséum national d'histoire naturelle ont poussé à l'organisation de ce voyage et ont rallié le Premier consul.

À la tête de l'expédition, on désigne un grand marin, Nicolas Baudin, natif de l'île de Ré, déjà connu comme un spécialiste de ce type de voyage. Auprès de lui, et d'Emmanuel Hamelin, commandant du Naturaliste, plus de vingt savants et artistes de talent, envoyés collecter des échantillons ou les dessiner : botanistes, zoologistes, astronomes, hydrographes et même, avec François Péron, le représentant d'une toute nouvelle discipline : l'anthropologie.

L'expédition va durer plus de trois ans. Elle se présentera avec un retard de plusieurs mois sur son plan de marche devant le cap Leeuwin, à la pointe de l'Australie, le 27 mai 1801. Nicolas Baudin ne l'achèvera pas ; la tuberculose le terrasse à l'île de France en septembre 1803. Ce voyage qui passa d'abord pour un échec sera reconnu grâce à Cuvier, pour son exceptionnel apport scientifique : il avait doublé les connaissances occidentales sur la faune et la flore dans le monde.

À partir de la fin de l'an 2000 et jusqu'en octobre 2002, Australiens et Français, réunis dans le Comité Terra Australis 2001, célèbrent le bicentenaire de cette aventure scientifique. À cette occasion est édité le journal personnel du commandant Baudin, enrichi par les illustrations originales dont les deux grands artistes Charles-Alexandre Lesueur et Nicolas-Martin Petit l'avaient orné.

Ce sera pour eux l'occasion de découvrir une page de leur histoire commune. Les Français sauront ainsi à qui ils doivent l'introduction sur leur territoire du mimosa et de l'eucalyptus, d'abord plantés par l'impératrice Joséphine à la Malmaison ; les Australiens comprendront pourquoi, alors qu'on leur a souvent caché l'existence de ces découvreurs, tant de noms français parsèment leurs côtes, au point que l'universitaire australien Leslie Marchant a pu titrer " France Australe ", l'ouvrage consacré aux origines de l'Australie occidentale.

 

Michel Rocard
ancien Premier Ministre
président de Terra Australis 2001
député au Parlement européen