Jean de Meun ou de Meung

Meung-sur-Loire, vers 1240 - Paris, vers 1305

Jean de Meun, dit aussi Jean de Meung, dont le nom véritable était Jean Chopinel ou Jean Clopinel, est essentiellement connu pour avoir été le second auteur, après Guillaume de Lorris, du célèbre Roman de la rose.
Clerc érudit et docteur en théologie, Jean de Meun se fait d’abord connaître par des -traductions d’auteurs latins. C’est en 1275 qu’il reprend le poème de 4 000 vers laissé interrompu après le décès de son premier auteur et, se consacrant à ce travail durant cinq années, il termine l’œuvre en y ajoutant 18 000 vers. La seconde partie du Roman de la rose s’oppose totalement à la première, écrite quarante ans plus tôt, tant par son esprit que par sa morale. N’hésitant pas à introduire dans le poème des digressions qui lui permettent de prendre position sur toutes les questions philosophiques et scientifiques qui opposent les universitaires et les savants de l’époque, il tente également de démontrer le caractère factice et hypocrite de l’amour courtois et affirme un antiféminisme virulent qui sera fermement contesté par Christine de Pisan un siècle plus tard.