Page d'histoire : Baptême de l'Amérique 1507

Cosmographiae introductio cum quibusdam geometriae ac astronomiae principiis ad
eam rem necessariis
Saint-Dié, 1507
Saint-Dié, médiathèque Victor-Hugo
© service photographique médiathèque de Saint-Dié

 

Sur la page de gauche, on lit dans la marge :
« Americo » : la traduction du texte en regard est : « et je ne vois rien qui, raisonnablement, empêcherait de l’appeler terre d’Amérique du nom de son génial découvreur, ou America puisqu’aussi bien l’Europe et l’Asie ont reçu des  noms de femmes ».

C’est à l’activité du gymnase vosgien de Saint-Dié que l’on doit, en 1507, la première utilisation du nom d’America pour désigner le nouveau continent découvert par Christophe Colomb en 1492.

Le gymnase vosgien, groupe d’intellectuels installés à Saint-Dié sous la protection du duc René II de Lorraine, était animé par la passion de la cosmographie. Parmi ces savants, aux côtés de Gauthier ou Vautrin Lud, de Jean Pélerin dit Viator, de Jean Basin ou de Mathias Ringmann, Martin Waldseemüller (1475-1521) est considéré comme le plus savant en géographie. Attelé à une réédition de Geographia de Ptolémée qui doit compléter les travaux du savant grec à la lumière des nouvelles découvertes, il réalise une carte du monde, Universalis cosmographiae... lustrationes (1), grande carte en 12 feuilles, imprimée à Saint-Dié en 1507, qui utilise le récit des voyages de l’Italien Amerigo Vespucci pour dessiner le contour du nouveau continent. Les récits de Vespucci réunis par lui dans la Lettre a Soderini ont été connus à Saint-Dié grâce à une copie parvenue entre les mains de René II de Lorraine. Le quatrième continent, tel que l’identifie Vespucci, reçoit, comme l’Europe, l’Afrique et l’Asie, un nom de femme, tiré du prénom de celui que les membres du gymnase vosgien considèrent comme son découvreur. Le nom d’America figure sur la vaste terre qui est au sud du 15e degré de latitude nord et, au sud des îles Hispaniola et Isabella reconnues par Christophe Colomb.

Pour accompagner cette carte, paraît un petit livret qui porte la date de 1507, la Cosmographiae Introductio (2) qui annonce aussi l’édition d’un globe en fuseaux.

Le nom d’America est également porté sur le « globe vert » globe manuscrit anonyme attribué à Martin Waldseemüller, mais il y figure à quatre reprises, au nord, au centre et au sud du nouveau continent. Si le nom disparaît sur les cartes de l’édition de Ptolémée préparée par Waldseemüller et qui paraît finalement à Strasbourg en 1513, il se retrouve dans l’édition de cet ouvrage en 1520 par Laurent Fries.

 

Hélène Richard
directeur du département des cartes et plans
Bibliothèque nationale de France

 

1. Le titre complet est : Universalis cosmographiae secundum Ptholemae traditionem et Americi Vespucci
aliorumque lustrationes. Elle peut être vue sur le site internet de la Bibliothèque du Congrès (www.loc.gov./rr/geogmap/waldesch.hlml).
2. Le titre complet est : Cosmographiae introductio cum quibusdam geometriae ac astronomiae principiis ad eamrem necessariis.
 

Source: Commemorations Collection 2007

Personne :

Sujet :