Françoise Dolto

Paris, 6 novembre 1908 - 25 août 1988

Françoise Dolto, née Françoise Marette, est la quatrième d’une famille de sept enfants. Très tôt, elle détecte dans cette petite société les incompréhensions, malentendus et non-dits qui existent entre le monde des adultes et celui des enfants. Elle développe très jeune des dons d’observation que l’on retrouvera plus tard dans sa pratique de clinicienne. Dès huit ans, elle veut être « médecin d’éducation ». 

À 12 ans, elle perd sa soeur aînée, Jacqueline, qui meurt d’un cancer. Leur mère fit un deuil pathologique qui marqua un tournant dramatique pour toute la famille. L’affrontement de cette épreuve fut pour elle l’occasion d’une maturation qui contribua plus tard à son désir de devenir psychanalyste.

Pendant toute sa jeunesse, elle se heurta à l’incompréhension de sa mère qui ne voyait d’autre avenir pour une jeune fille que le mariage. Elle devra attendre l’âge de 23 ans pour être autorisée à commencer ses études de médecine.

Elle rompit alors des fiançailles qui lui avaient été imposées par ses parents. Cela engendra chez elle des symptômes névrotiques liés à un sentiment de culpabilité, c’est ainsi qu’elle commença sa psychanalyse personnelle.

Ce n’est que peu à peu, grâce à sa cure psychanalytique, que Françoise Marette réalisa son désir précoce  d’être « médecin d’éducation » en devenant la psychanalyste que le monde entier connaît aujourd’hui. Elle sera parmi les membres fondateurs de la Société française de psychanalyse puis, avec Jacques Lacan en 1964, de l’École freudienne de Paris.

En février 1942, elle épouse Boris Dolto, rhumatologue. Aussi révolutionnaire et précurseur que Françoise Dolto dans son propre métier, il partagera l’aventure intellectuelle de sa femme. Ils auront ensemble trois enfants.

Parallèlement à sa pratique libérale chez elle, où elle recevait beaucoup d’adultes, Françoise Dolto exerça dans plusieurs institutions et à l’hôpital Trousseau de 1940 à 1978.

De 1967 à 1969, Françoise Dolto répondit, en direct et anonymement, aux auditeurs adultes et enfants d’Europe N°1 sous le nom de « Docteur X ». L’émission connut un grand succès, mais elle ne souhaita pas la poursuivre. Plus tard, elle accepta de reprendre sur France Inter, « Lorsque l’enfant paraît ». Elle avait accepté à condition de répondre aux lettres des auditeurs, ce qui lui permettait de faire des réponses qui allaient beaucoup plus en profondeur. Cette émission dura plusieurs années et connut un immense succès. C’est là qu’est venue la notoriété de Françoise Dolto dans le grand public.

À partir de son expérience de thérapeute, elle créa la « Maison Verte » comme lieu de socialisation pour enfants accompagnés d’un parent jusqu’à l’âge de 4 ans. Elle s’est battue pour le développement et l’apprentissage précoce de la langue des signes pour les malentendants. Le travail de psychanalyse avec les tout-petits, y compris les nourrissons, lui tenait beaucoup à coeur car elle y voyait un moyen de prévention des troubles plus tardifs. Françoise Dolto développa une théorie et une clinique novatrices. Elle élabora, pour ce faire, le concept, central dans sa pensée, d’« Image Inconsciente du Corps ».

De nos jours, en France comme dans le monde entier, de nombreux lieux inspirés de la pensée de Françoise Dolto se développent.

Françoise Dolto se voulait psychanalyste et citoyenne, elle a contribué à l’évolution en profondeur du regard posé sur l’enfant par les psychanalystes et par la société dans son ensemble.

Ses très nombreux ouvrages sont traduits dans le monde entier.

Dr Catherine Dolto
Association archives et documentation Françoise Dolto

 

Pour aller plus loin...

 

 

Mais aussi...