Présentation
Vie politique et institutions
Littérature et sciences humaines
Arts
Sciences et techniques
Société et économie

Avant-propos

« Les souvenirs sont nos forces, a dit Victor Hugo. Quand la nuit essaie de revenir, il faut allumer les grandes dates, comme on allume des flambeaux. »


Allumer chaque année les flambeaux de l’Histoire, prendre le prétexte des anniversaires pour raviver la mémoire des événements clés de notre destin collectif, c’est la mission du Haut comité des célébrations nationales. Il a accompli cette année encore un travail remarquable sous l’autorité du grand historien Jean Favier et je suis heureuse de présenter le fruit de cet ouvrage richement documenté qui embrasse des périodes et des domaines très divers. On y relève aussi bien des dates fondatrices de notre Histoire et de nos arts, la mort de Thomas Corneille en 1709, la naissance de Jean Jaurès en 1859, la création du Faust de Gounod la même année ; que des jalons du progrès des sciences et des techniques, telle l’inauguration du premier aérodrome à Viry-Châtillon en 1909. On trouve aussi des rappels de ce qui serait plutôt de l’ordre du Je me souviens de Pérec : en 1959, la première émission de Cinq colonnes à la une… Notre mémoire, notre conscience nationale sont tissées à la fois de ces grands événements et de ces souvenirs singuliers qui trouvent une résonance particulière en chacun d’entre nous.


Parmi toutes ces dates, il en est une qui me tient tout particulièrement à cœur : la célébration du cinquantième anniversaire du ministère de la Culture et de la Communication, qui représentera assurément un temps fort de notre activité en 2009. André Malraux, en créant ce ministère, avait une haute idée de sa mission : « Il ne dépend de personne de faire de tous des hommes cultivés ; mais il dépend de chacun de nous de donner à chaque Français une sorte de droit privilégié d’atteindre la culture s’il le désire. » C’est le but des célébrations recensées dans ce recueil : populariser l’Histoire, le travail de recherche des historiens, diffuser largement la connaissance de nos grands artistes, de nos scientifiques, de ces humanistes qui ont fait faire des pas de géants à notre société.


Le choix des dates retenues pour 2009 n’a rien de normatif, mais il sera, comme chaque année, une source d’inspiration précieuse pour les réseaux des établissements culturels et scolaires, pour la vie associative, bref, pour tous ces relais essentiels au travail de mémoire.


Christine Albanel    
ministre de la Culture et de la Communication