Henri de La Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne

Sedan, 11 septembre 1611 - Salzbach (Allemagne), 27 juillet 1675

Fils du duc de Bouillon et petit-fils de Guillaume le Taciturne par sa mère, Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, est élevé à Sedan, dans la religion réformée. À quinze ans, il part en Hollande, auprès de son oncle Frédéric-Henri de Nassau, et obtient une compagnie qu’il conduit avec bravoure lors du siège de Bois-le-Duc.

Pour préserver la souveraineté du duché de Bouillon et de la principauté de Sedan que convoite Richelieu, Turenne entre au service de la France en 1630, alors que la guerre de Trente ans ravage l’Europe.

Il débute en Italie, au siège de Casale, où il se lie avec Mazarin. En 1634, il sert en Lorraine où il monte à l’assaut de la citadelle de La Motte sous un feu meurtrier, ce qui lui vaut de devenir maréchal de camp.

L’année suivante, il est sur le Rhin avec le cardinal de La Valette. L’expédition tourne mal. Lors de la retraite, Turenne vide ses chariots pour y mettre les éclopés. Voyant un soldat tomber d’épuisement, il lui prête son cheval. Sans attraits physiques, médiocre cavalier, Turenne possède un robuste tempérament qui l’incline à partager les épreuves de ses soldats.

En 1638, il retourne en Alsace auprès de Bernard de Saxe-Weimar, surprend les Impériaux à Ensisheim puis enlève Breisach, clé du passage du Rhin. En 1640, il revient en Italie et, bien que blessé, aide le duc d’Harcourt à enlever Turin. Puis il combat à Fribourg, au siège de Mayence (1644) et à Nördlingen (1645), aux côtés de Condé.

En 1648, après la paix de Westphalie, la France sombre dans la guerre civile. Turenne se joint d’abord aux Frondeurs. Mais conduire des Espagnols contre des troupes françaises heurte sa conscience. Il se rallie à Mazarin qui lui offre le commandement des armées royales et le titre de « prince étranger », juste derrière les princes du sang.

En 1652, à Bléneau, il bat Condé et gagne le pardon de Louis XIV. Vaincu à Valenciennes en 1656, Turenne se rachète en 1658 par la victoire des Dunes qui met fin à la Fronde. Il devient « maréchal général des camps et armées du roi ». Durant la guerre de Dévolution (1661-1668), il prend Tournai et Charleroi à l’Espagne.

Après le décès de son épouse, Charlotte de Caumont de La Force, Turenne se convertit au catholicisme en 1668, sous l’influence de Bossuet et la pression du roi.

En 1673, pendant la guerre de Hollande, les Impériaux de Montecuccoli l’obligent à repasser le Rhin. Il prend sa revanche à Sinsheim, en Alsace, en juin 1674. Il ordonne alors la mise à sac du Palatinat puis bouscule à nouveau les Impériaux à Entzheim avant d’enlever Belfort et Mulhouse.

Les Impériaux campent à Turckheim, au pied des Vosges. Au mépris des usages militaires du temps, Turenne attaque par la montagne, en plein hiver. Le 5 janvier 1675, il se rue dans la vallée et surprend l'ennemi qui se replie au-delà du Rhin. Il vient de remporter sa plus spectaculaire victoire.

À l’été suivant, il se retrouve face à Montecuccoli et le défie devant Salzbach. Avant le combat, il apostrophe sa jument Carcasse : « Tu trembles, Carcasse, mais tu tremblerais bien davantage si tu savais où je vais te mener ». Il est tué par un boulet de canon au début de la bataille.

Turenne fut enterré dans la basilique royale de Saint-Denis puis déplacé pendant la Révolution. Mais, en 1800, Napoléon Bonaparte – un de ses admirateurs – le fit transférer aux Invalides.

 

Henri Sacchi
historien, spécialiste de la guerre de Trente ans
romancier


Programme des manifestations

Edition - Numismatique - Philatélie

M. Alain Sartelet, membre de la Société d'Histoire et d'Archéologie du Sedanais, sortira fin avril 2011, un ouvrage sur la statue de Turenne, aux éditions Imprimerie Soupault


La S.H.A.S. (Société d'Histoire et d'Archéologie du Sedanais) prépare la réédition de la médaille à l'effigie d'Henri de la Tour d'Auvergne, gravée en 1819 et qui sera rééditée pour le 400e anniversaire de la naissance de Turenne, en octobre-novembre 2011, par la Monnaie de Paris


La S.H.A.S. (Société d'Histoire et d'Archéologie du Sedanais) s'associe avec la Poste de Sedan, place Turenne, pour commémorer le 400e anniversaire de la naissance du Vicomte de Turenne, par la réalisation d' une enveloppe pré-affranchie à l'effigie du Maréchal

Manifestations

Ile-de-France

Mercredi 19 octobre 2011 – 15h
Conférence : « Turenne : les paradoxes de la gloire »
Prononcée par Monsieur Hervé Drévillon, professeur d’histoire moderne à l’université de Paris1, Panthéon/Sorbonne et directeur d’études à l’Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire
Lieu : Hôtel National des Invalides, auditorium Austerlitz
RSVP : 01 47 53 83 29 ; 01 44 42 37 75

Champagne-Ardenne

du 16 juillet au 2 octobre 2011
Exposition : Le Maréchal Turenne, de Sedan à Sasbach (1611-1675)
Organisation : Ville de Sedan en partenariat avec la Société d’Histoire et d’Archéologie du Sedanais (S.H.A.S.) et le Conseil Général des Ardennes (Musée Guerre et Paix en Ardennes)
Lieu : Château Fort de Sedan – Salle des Trésors - 08200 Sedan

 

13 septembre 2011
Sous le Haut Patronage de M. Nicolas Sarkozy, président de la République, célébrations du 400e anniversaire d'Henri de La Tour d'Auvergne, Vicomte de Turenne, Maréchal des Camps et Armées du Roi
Programme

 

17 et 18 septembre 2011
Colloque européen : Nouveaux regards sur Turenne, 1611-2011
Organisateur : Société d'Histoire et d'Archéologie du Sedanais
Lieu : Château Fort de Sedan – Galerie des Antiques - 08200 Sedan
Informations complémentaires

Association

Société d'Histoire et d'Archéologie du Sedanais (S.H.A.S.)
BP20096 - 08204 Sedan cedex
Tél. : 06 79 21 87 23