Victoire de Denain, remportée par « l'heureux Villars »

24 juillet 1712

Vers une heure de l’après-midi, trente mille soldats français, sous la conduite du maréchal de Villars, commencent à s’avancer vers le camp de Denain, tenu par l’infanterie hollandaise du comte d’Albermale. Malgré le feu adverse, les Français arrivent aux retranchements qu’ils escaladent. Le dispositif hollandais s’effondre ; Albermale est fait prisonnier. En moins d’une heure, la formidable armée coalisée qui s’apprêtait à s’ouvrir la route de Paris a perdu son point d’appui. Villars et ses hommes viennent d’éviter à la France de Louis XIV la catastrophe qui lui semblait promise.

 

En 1712, la France est épuisée par les onze années de la guerre de Succession d’Espagne. Celle-ci oppose la France et l’Espagne, dont le nouveau roi est le Bourbon Philippe V, petit-fils de Louis XIV, à une large coalition menée par l’Autriche, l’Angleterre et la Hollande. Les alliés remportent d’abord d’importants succès, à Blenheim, Ramillies, Turin et Audenarde, qui contraignent Français et Espagnols à abandonner la Bavière, la Flandre et l’Italie. Certes, le rythme des opérations se ralentit lorsque les alliés atteignent la « frontière de fer » érigée par Vauban. Mais Louis XIV sait que le royaume ne peut plus tenir longtemps. En 1710, il a déjà proposé aux alliés de leur céder l’ensemble des territoires conquis durant son règne. Les alliés, trop sûrs de leur avantage, n’ont pas jugé cela suffisant.

 

En 1712, ceux-ci confient 130000 hommes au prince Eugène ; Villars en aligne à peine la moitié. Sur le front diplomatique cependant se profile une éclaircie. Les Anglais se lassent d’une guerre ruineuse qu’ils jugent trop favorable à l’Autriche. Le 17 juillet, ils publient une trêve et leurs troupes se retirent de l’armée alliée. Craignant la signature d’une paix générale, Eugène décide de frapper vite et fort en attaquant Landrecies, place qui ouvre la vallée de l’Oise. Pour ce faire, il étend ses lignes et divise son armée entre Landrecies et Denain, à une trentaine de kilomètres, où il a installé ses magasins. Ce mépris du risque qui lui a si bien réussi en Italie et dans ses guerres contre les Turcs lui sera cette fois fatal.

 

Un magistrat de Douai, Le Fèvre d’Orval, est le premier à entrevoir les failles du dispositif coalisé. Il fait part de ses vues au secrétaire d’État à la guerre, qui les transmet au roi, qui lui-même les propose à Villars. Celui-ci, d’abord réticent, finit par s’en inspirer : le 23 juillet, l’armée française fait mine d’attaquer les forces du prince Eugène sous Landrecies (à l’est), puis se dérobe pour se lancer dans une marche de nuit vers Denain, à l’ouest. Lorsqu’Eugène comprend son erreur, il est trop tard. Les forces alliées sous Landrecies sont trop loin pour soutenir les 8 000 défenseurs de Denain.

 

Comme l’a écrit Villars, l’opération de Denain n’est pas une « de ces batailles générales qui mettent le royaume en peine ». Les Français perdent environ 1 500 hommes, les alliés cinq mille. Cependant, l’initiative change de camp. Plusieurs villes sont reprises par Villars tandis que les alliés doivent abandonner leur siège de Landrecies. Le 11 avril 1713, la France signe avec les Anglais et les Hollandais la paix d’Utrecht : Philippe V garde la couronne espagnole – mais sans les territoires italiens et les Pays-Bas méridionaux – et la France conserve ses frontières.

 

Clément Oury
docteur de l’université Paris-Sorbonne
conservateur à la Bibliothèque nationale de France


Programme des manifestations

Édition - Philatélie - Numismatique

Timbre : Bataille de Denain
Un timbre à l'effigie de la Bataille de Denain sera édité à plus de 2 millions d'exemplaires au cours de l'année 2012

 

Édition du nouveau jeton touristique de la Monnaie de Paris à l'effigie du Maréchal Villars
(5000 exemplaires). Création de l’Association Denain 2012

Manifestations

France
Nord-Pas-de-Calais

Vendredi 25 mai 2012 - 19h
Conte musical pour chœur d'enfants et orchestre : «Denain 1712 : l'autre D'Artagnan»
(création du conservatoire Municipal de Musique)
Lieu : Théâtre Municipal - 59220 Denain
Entrée libre

 

de juin à septembre 2012
Exposition : «1712 : La Bataille de Denain»
(proposée par l'association des «Amis du Musée municipal»)
Lieu : Musée d’Archéologie et d’Histoire locale de Denain, 9 place Wilson - 59220 Denain
tél. : 03 27 24 52 71
Entrée libre

 

les 13, 14 et 15 juillet 2012 et 20, 21 et 22 juillet 2012 à 22h30
Spectacle : "Batailles de Denain"
Ce spectacle historique à grand déploiement (son et lumière) réunira 382 figurants qui évolueront au fil du scénario dans et avec plus de 1000 costumes et accessoires créés et réalisés par l’équipe des bénévoles de l’Association Denain 2012
C’est dans un Théâtre de verdure de 2000 places, bâti au sein du Parc Émile Zola que sera accueilli le public, qui pourra découvrir ou redécouvrir une partie de son patrimoine historique, sans oublier bien sûr cette fameuse « Bataille de Denain »
Organisateur : Association Denain 2012
Lieu : Parc Émile Zola - 59220 Denain

 

Médias-Com - Filmographie - Archives et documentation

. Sites Internet :

Ville de Denain

 

Institutions culturelles

Musée d’Archéologie et d’Histoire locale de Denain
9 place Wilson - 59220 Denain
tél. : 03 27 24 52 71

Associations

Association Denain 2012
Hôtel de ville, 120 rue de Villars – 59220 Denain
courriel : denain2012@gmail.com
Objet : rassembler, promouvoir, soutenir et organiser des actions menées autour de la bataille de Denain ; mettre en place des manifestations et évènements autour de l’histoire et du patrimoine de la ville