Paul Sabatier (1854-1941) et Victor Grignard (1871-1935), Prix Nobel de chimie

Stockholm, 10 décembre 1912

Ce sont deux provinciaux de talent que le jury Nobel a récompensés: Victor Grignard, de vieille souche normande, et Paul Sabatier* de vieille souche languedocienne. Tous deux étaient destinés à l’École Normale Supérieure, mais si Sabatier y fut admis et termina agrégé de sciences physiques, major de sa promotion, Grignard, faute de moyens matériels, dut se contenter de l’École Normale Secondaire Spéciale de Cluny, éphémère établissement créé pour pallier le manque d’enseignants adaptés à l’évolution de notre société industrielle : l’École supprimée, Grignard rejoignit, comme boursier, la Faculté des sciences de Lyon.

C’est en province que se déroula toute leur carrière : Sabatier à Toulouse, Grignard à Lyon, Besançon, Nancy, et de nouveau à Lyon. Régionalistes convaincus, ils refusèrent des postes parisiens prestigieux, et s’efforcèrent de faire de leurs facultés les égales de la Sorbonne. Doyens, ils marquèrent de leur empreinte l’animation de leurs établissements ; Sabatier, en particulier, très attaché aux applications, est à l’origine de la création de trois écoles d’ingénieurs, dont l’Institut de chimie de Toulouse qu’il dirigea pendant toute sa carrière. Grignard fut aussi directeur de l’École de chimie Industrielle de Lyon dès 1921.

Tous les deux étaient des pédagogues appréciés : Paul Sabatier favorisant la formation personnelle, autorisant l’inscription des non bacheliers et ouvrant l’université aux formations de techniciens et de contremaîtres ; Victor Grignard, directeur de la rédaction d’un grand ouvrage de chimie organique, en 23 tomes, monument de cette discipline. Leur passion commune pour la recherche devait les conduire au Nobel de chimie, mais leurs travaux n’ont en commun que l’appartenance à la chimie organique ! Grignard mit au point une méthode de synthèse révolutionnaire utilisant des composés organométalliques du magnésium, composés et méthode qui sont devenus tellement courants que son nom, les grignards, sert à les désigner. Paul Sabatier apporta une contribution fondamentale à la catalyse, au rôle et aux fonctions que peuvent jouer les substances. À partir d’une réaction d’hydrogénation en présence de métaux comme catalyseurs, il comprit le caractère général de sa découverte, fit le lien entre toutes les réactions catalytiques, qu’elles aient lieu sur des minéraux solides ou en présence d’enzymes, et proposa un mécanisme : « Je pense que dans tous les cas le catalyseur participe à la réaction par lui-même, ou par un de ses dérivés, en donnant un produit transitoire instable ». Ce que le recteur Paul Lapie, en 1913, décrivit d’une manière plus littéraire : « Les yeux n’aperçoivent, sous la présidence d’un métal passif, qu’une combinaison : l’esprit ne peut expliquer les faits que par deux mariages séparés par un divorce… ».

Les applications liées à ces deux découvertes sont importantes : au laboratoire, où les réactions de Grignard sont parmi les plus utilisées ; dans l’industrie, où la catalyse de Sabatier est indispensable à la pétrochimie, à la préparation des engrais, et participe à la protection de l’environnement grâce à l’emploi des pots d’échappement catalytiques.

Le prix Nobel devait leur ouvrir les portes de l’Académie des sciences, mais le règlement ne permettait qu’aux résidents parisiens d’être admis. L’Académie leva cette interdiction, créa des postes d’académiciens non résidents dont le premier bénéficiaire fut Sabatier en 1913, rejoint par Grignard, plus jeune, en 1926. Victor Grignard était un défenseur acharné de la recherche scientifique, n’hésitant pas à écrire : « …nous sommes en présence, de la part du gouvernement, de la plus complète incompréhension de ce que doit être la vie d’un savant, de ce que doivent être ses moyens de travail ». Paul Sabatier était lui, un humaniste, doublé d’un artiste. Il était musicien et peintre, et lorsqu’il fut admis à la très ancienne Académie des Jeux floraux, préférentiellement réservée aux écrivains et poètes, il s’exprima ainsi : « s’asseoir au milieu des poètes est une aventure quelque peu inattendue pour celui qui a coutume de ne fréquenter que les laboratoires, et qui, familier de l’antre de Vulcain, éprouve une timidité bien naturelle à pénétrer dans le palais d’Apollon ».

 

Armand Lattes
professeur émérite à l’université Paul Sabatier (Toulouse III)

* Cf. Célébrations nationales 2004


Programme des manifestations

Manifestations

France
Ile-de-France

Mardi 10 avril 2012 à 14h30
Conférence : « Hommage à Victor Grignard et Paul Sabatier, Prix Nobel de chimie en 1912 »
de Paul Knochel, Membre de l'Académie des sciences, Professeur à l'université Ludwig-Maximilian de Munich, et Armand Lattes, Membre de l'Académie nationale de Pharmacie, Professeur émérite à l'université Paul Sabatier de Toulouse
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Lieu : dans la Grande salle des séances de l'Institut de France, 23 quai de Conti - 75006 Paris
tél.: 01 44 41 43 66

Basse-Normandie

Originaire de Cherbourg, Victor Grignard, après des débuts difficiles, commence par un coup   de maître une carrière scientifique riche en découvertes. La "réaction de Grignard" qui n'est pas due au hasard mais à un travail acharné et remarquable, irrigue la chimie depuis plus de cent ans. En hommage à ce savant, Prix Nobel de Chimie en 1912, la ville organise deux conférences présentées par le Professeur Maurice Chastrette (Université Lyon 1 de 1967 à 1997), un spécialiste de la classification chimique des odeurs Ces deux conférences seront précédées d'un introduction de René Cavaroz, ancien proviseur du Lycée Grignard de Cherbourg-Octeville, à partir de documents audiovisuels et de la projection d'un film réalisé par le Laboratoire de Chimie Moléculaire et Thioorganique ( Université de Caen Basse-Normandie, ENSICAEN, CNRS)  retraçant la "réaction de Grignard" :
Vendredi 7 décembre 2012 - 15h
Conférence pour les étudiants et les élèves des classes préparatoires : Victor Grignard et les organomagnésiens, cent ans d'une belle histoire
Lieu : amphithéâtre L de l'Ecole d'ingénieurs   - Tél : 02 33 01 42 00 – Site Universitaire -BP78  - 50130 Octeville  Réservation recommandée auprès du Lycée Victor Grignard   Informations complémentaires :  ce.0501828r@ac-caen.fr ; tel : 02 33 93 02 11
UNICAEN (Université de Caen Basse-Normandie)

Samedi 8 décembre 2012 - 15h30
Conférence : De Cherbourg à Stockholm, l'itinéraire de Victor Grignard, Prix Nobel de Chimie en 1912
Lieu : Grand Salon de l'Hôtel de Ville (entrée rue de la Paix) – 50100 Cherbourg
Entrée libre dans la mesure des places disponibles
Coordonnées / Informations complémentaires : Mr Barreau - thierry.barreau@ville-cherbourg.fr

Rhône-Alpes

du 21 juin 2012 au 22 juin 2012
Symposium : « Grignard : 100 ans de modernité d’un Prix Nobel »
Journées organisées sous l’égide de l’Académie des Sciences et avec le soutien de la Société Chimique de France
Jeudi 21 juin 2012 :
08h30 - 09h30 : Accueil
09h30 - 13h00 : Conférences
13h00 - 15h30 : Pose de la plaque commémorative et cocktail
15h30 - 16h30 : Conférence de Jean-Marie Lehn
16h30 - 18h00 : Conférence historique et scénographie
Vendredi 22 juin 2012 :
09h00 - 12h30 : Conférences
12h30 - 13h00 : Clôture des journées
Inscription obligatoire ; contact : maria-angelina.beaucourt@cpe.fr
Informations complémentaires : Université Claude Bernard Lyon 1 http://fst-chimie.univ-lyon1.fr/journees-grignard-652247.kjsp
Lieu : Campus de la Doua, CPE Lyon (École supérieure de chimie physique électronique de Lyon), 43 boulevard du 11 Novembre 1918 - 69100 Villeurbanne
tél. : 04 72 43 17 00 ; fax : 04 72 43 16 68

Médias-Com - Filmographie - Archives et documentation

Sites Internet :
La Société Chimique de France : Victor Grignard

UNICAEN (Université de Caen Basse-Normandie)

Institutions culturelles

Fondation de la « Maison de la Chimie »           
     

Société Chimique de France


École Doctorale de Chimie de l’Université de Lyon


Institut de France - Académie des sciences