Henri Grouès, dit l'abbé Pierre

Lyon, 5 août 1912 - Paris, 22 janvier 2007

Henri Grouès* est né à Lyon, dans une famille de la bourgeoisie. Il est le cinquième d’une famille de huit enfants. Tout jeune, il est habité par la foi, mais aussi par les tourments, comme il le racontera dans ses récits auto-biographiques. C’est à l’âge de seize ans qu’il rejoint comme séminariste les franciscains, avant de prononcer ses vœux chez les capucins. En 1940, il est nommé aumônier dans le diocèse de Grenoble. Il cachera des juifs, fera passer des familles en Suisse, avant de rejoindre le maquis. Des capucins, il conservera la cape ; du maquis, le béret, qui resteront indissociables de sa silhouette légendaire.

Au lendemain de la guerre, il se présente aux élections législatives sous l’étiquette MRP et devient député de la Meurthe-et-Moselle, tout en poursuivant son engagement pour les plus démunis. En 1949, révolté par la misère qui règne à Paris, il crée la première communauté Emmaüs. Sans moyens, il décide de mendier devant l’Assemblée nationale. Des clochards lui apprennent alors comment gagner de l’argent grâce à la « biffe », c’està-dire en récupérant dans les poubelles ce qui peut être revendu. C’est ainsi que l’abbé Pierre décide de créer un mouvement de chiffonniers. À l’origine de la première communauté, à Neuilly-Plaisance, il y a deux autres personnages : Lucie Coutaz, rencontrée dans le Vercors pendant la guerre, et Georges, premier compagnon, revenu du bagne et qu’il sauve du suicide. Révolté par l’indifférence dans laquelle meurent de froid des familles dans la rue, il lance, sur RTL, l’appel du 1er février 1954 : « Mes amis, au secours ». Avec ce cri, accompagné d’une violente diatribe contre l’inaction du gouvernement, il obtient le vote d’un collectif budgétaire sur le logement, et donne son élan au mouvement Emmaüs. Des communautés se créent sur le passage de l’abbé, dont la notoriété dépasse les frontières. Le mouvement essaime dans une quarantaine de pays. En 1963, son sauvetage « miraculeux » lors d’un naufrage en Amérique du Sud contribue à sa légende. En France, Emmaüs grandit : il comporte une société HLM, de nombreuses associations et communautés.

En 1996, l’abbé Pierre crée la polémique en soutenant, avant de se rétracter, l’écrivain Roger Garaudy, auteur d’un livre révisionniste. Après cet épisode, l’abbé Pierre revient au faîte de la popularité. Il s’appuie sur elle et sur l’importance du mouvement qu’il a créé pour être à la pointe de nombreux combats : au côté des mal logés, des sans-papiers, des personnes à la rue, des détenus, au service du plus souffrant, jusqu’à la fin de la vie. Sa santé ne l’empêche pas de puiser dans la foi des forces insoupçonnables pour convaincre et entraîner, au-delà des clivages partisans. Il s’éteint au Val-de-Grâce le 22 janvier 2007 et sa mort déclenche une immense émotion. Il faudra attendre 2008 pour que la particularité du statut des compagnons d’Emmaüs soit reconnue par la loi.

L’abbé Pierre aura marqué la seconde moitié du XXe siècle, par son atypisme. Il restera l’auteur, après le général de Gaulle, du deuxième appel radiophonique mobilisant les Français. Son héritage dépasse le mouvement Emmaüs, dont est issu ATD Quart Monde : c’est l’abbé Pierre qui inspire Coluche pour la création des Restos du Cœur ; c’est de l’abbé Pierre que se réclament de nombreux mouvements militants.

Il aura été à l’origine d’une forme moderne et originale d’action caritative combative : l’activité économique au service de la lutte contre la pauvreté, l’utilisation continuelle et parfois spectaculaire des médias au service de sa cause, la pression exercée sur les personnalités politiques de tous bords dans une forme de « lobbying ».

« Le meilleur hommage, c’est de continuer » dira simplement le mouvement Emmaüs, alors que les autorités de l’État et une foule d’humbles se réunissent à ses funérailles, célébrées à la cathédrale Notre-Dame.

 

Martin Hirsch
ancien président d’Emmaüs France
président de l’agence du service civique ancien haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté

 

* Cf. Célébrations nationales 2004


Programme des manifestations

Edition - Numismatique - Philatélie

La Monnaie de Paris frappe cette année une pièce de 2€ commémorative, en célébrant les 100 ans de la naissance de l’abbé Pierre

 

Livre d'or de l'Abbé Pierre
Un hommage rendu à l’abbé Pierre et à son combat à travers une sélection de 365 messages d’amitié et de reconnaissance envoyés à la Fondation Abbé Pierre par des anonymes ou des personnages connus, français ou étrangers, croyants ou non
Éditions Embrasure / DDB, 2012, 160 p.

 

Abbé Pierre, Inédits. Textes de combat, écrits intimes, correspondances
Éditions Bayard, 2012, 350 p.

 

Abbé Pierre, Testament... suivi de Dieu merci
Éditions Bayard, 2012, 272 p.

 

Axel Sénéquier, L'abbé Pierre, l'insurrection de la bonté
Fleurus éditions, Mame, 2012, 320 p.

 

Jean-michel Billioud, L'abbé Pierre, libre de croire
Bayard Jeunesse, 2012, 64 p.   

 

Benoît Marchon, Léo Beker, L'Abbé Pierre et l'espoir d'Emmaüs
Bayard Jeunesse, 2012

 

L'Abbé Pierre, Pauline Jaricot, Xavier de Nicolo, Les Chercheurs de Dieu, Tome 2
Bayard Jeunesse, 2012

Manifestations

Dimanche 5 août 2012 à 10h10 sur France 2
2012 commémore le 5e anniversaire de la mort de l'Abbé Pierre et le centenaire de sa naissance
10h15 – Reportage : A la découverte d’Esteville sur les traces de l’abbé Pierre
11h10-11h40 – Documentaire : « Mystique d’abord : l’abbé Pierre (1912-2007) »
Programme détaillé

France
Haute-Normandie

Dimanche 22 janvier 2012
Inauguration du Centre abbé Pierre-Emmaüs
Le Centre abbé Pierre-Emmaüs est un espace muséographique qui présente la vie et le message de l’abbé Pierre et du Mouvement Emmaüs en France et dans le monde. Cet espace muséographique se trouve à Esteville, le village où a vécu l’abbé Pierre et où il est enterré Géré par l’Association Centre abbé Pierre Emmaüs (ACAPE)
Ouvert au public le 22 janvier, jour anniversaire de la mort d’Henri Grouès, après plus d’un an de travaux, le centre propose un parcours scénographique de 450 m² sur 10 salles présentant la vie, le message et l’œuvre de celui qui fut la personnalité préférée des Français L’occasion d’entrer dans l’intimité de l’abbé Pierre en découvrant sa chambre laissée en état, avec des étagères qu’il avait installées, et une multitude d’objets personnels, parfois insolites
Infos pratiques : Le centre abbé Pierre-Emmaüs est ouvert du mercredi au dimanche, de 10h à 18h. Fermeture du 15 octobre au 15 novembre et du 24 décembre au 3 janvier
Route d’Emmaüs, 76690 Esteville.
tél. : 02 35 23 87 76 ; fax  : 02 35 34 31 85
courriel : contact@centre-abbe-pierre-emmaus.org

 

Nord-Pas-de-Calais

  l’abbé Pierre et des compagnons au camp de la Pomponnette (Seine-et-Marne), 1953 © ANMT, fonds Emmaüs International

du 15 décembre 2012 au 16 mars 2013
Exposition :  L’abbé Pierre, 1912-2007 «Frères des pauvres, provocateur de paix»
- du lundi au vendredi de 14h à 17h, sauf 24, 25, 31 décembre et 1er janvier
- ouverture exceptionnelle les samedis 15 décembre, 12 janvier, 16 février et 16 mars de 14h à 18h : visites et conférences
Entrée gratuite
Lieu : Archives nationales du Monde du travail, rond-point de l’Europe – 59100 Roubaix

Medias-Com - Filmographie - Archives et documentation

. Sites Internet :

Assemblée nationale : Henri, Marie, Antoine Groués, dit l' Abbé Pierre

Associations

Centre abbé Pierre – Emmaüs
route d’Emmaüs - 76690 Esteville
tél. : 02 35 23 87 76 ; fax  : 02 35 34 31 85
courriel : contact@centre-abbe-pierre-emmaus.org

 

Fondation Abbé Pierre pour le logement des défavorisés
3 et 5 rue de Romainville – 75019 Paris
tél. : 01 55 56 37 00
courriel : contact@fondation-abbe-pierre.fr

 

Association Emmaüs Solidarité

 

Emmaüs France

 

Emmaüs International