Etienne de La Boétie

Sarlat (Dordogne), 1er novembre 1530 - Germignan (commune du Taillan-Médoc, Gironde), 18 août 1563

La brève existence de ce magistrat humaniste que Montaigne a pu proclamer « le plus grand homme, à mon advis, de nostre siecle » demeure fort mal connue. Issu de cette riche bourgeoisie urbaine pour lors en phase d’ascension sociale, devenu orphelin dès l’âge de dix ans, il reçut, sans doute grâce à son oncle, une éducation soignée et devint un solide helléniste.

 

La première date avérée de sa biographie est le 23 septembre 1553, jour de l’obtention de sa licence en droit à Orléans. Reçu conseiller lai au parlement de Bordeaux en mai 1554, La Boétie y siègera jusqu’à sa mort à la première chambre des Enquêtes. Montaigne qui a tant fait pour immortaliser son nom, l’y rejoint en décembre 1557. Mais la date même de leur rencontre reste sujette à caution : lorsqu’il évoque leur relation dans le célèbre chapitre qui, très symboliquement, place au centre du premier livre des Essais cette amitié qu’on ne rencontre qu’« une fois en trois siècles », Montaigne la fait durer quatre années seulement. Quel qu’en ait été le point d’origine, la relation fut forte et intense ; elle a profondément marqué Montaigne qui consignera dans son Journal, bien des années après la disparition de son ami, balayé en quelques jours de l’été 1563 par une crise de dysenterie : « je tombay en un pensement si penible de M. de La Boetie, et y fus si longtemps sans me raviser, que cela me fit grand mal ». La critique s’accorde à voir dans le deuil qui a alors frappé Montaigne un des ressorts de son passage à l’écriture.

 

La Boétie avait légué tous ses manuscrits à son « inthime frere et inviolable amy » – il désigne ainsi Montaigne dans son testament. Ce dernier publiera une partie de ces œuvres en 1570/71 à Paris (des traductions du grec et des poésies latines et françaises), mais en raison des dissensions religieuses et politiques qui déchirent alors la France, il se refusera à publier les deux textes majeurs de son ami : un mémoire qu’il avait rédigé sur le premier édit de tolérance (le fameux édit de janvier 1562 voulu par Michel de L’Hospital) et surtout le Discours de la servitude volontaire dont s’étaient emparés les protestants pour en faire, après la Saint-Barthélemy, un appel à l’insoumission contre l’autorité, jugée tyrannique, du roi.

 

À soi seul, sans le concours de Montaigne, ce joyau de la pensée politique aurait suffi à immortaliser son auteur. La Boétie, s’appuyant bien plus sur les exemples antiques que sur la réalité contemporaine, compose en fait une déclamation ; il pousse jusqu’à ses limites une idée simple : « la tyrannie ne pourrait exister sans le consentement individuel de chaque individu tyrannisé. Que chacun de ses sujets secoue le joug et on verra le tyran « comme un grand colosse à qui on a desrobé la base, de son poids mesme fondre en bas et se rompre. » On comprend qu’une idée aussi belle, qui se trouve à l’origine de la désobéissance civile, ait pu séduire les révolutionnaires de 1789 ou de 1830, voire les Résistants français : tous republieront ce texte qui pour trop de peuples opprimés demeure d’une inaltérable actualité.

 

Michel Magnien
professeur de littérature française de la Renaissance université Sorbonne nouvelle – Paris 3


Programme des manifestations

Manifestations

France
Alsace

du Mardi 9 avril au Samedi 13 avril 2013
Printemps des Philosophe 2013 : « Désir de servitude et liberté »
L’édition du Printemps des Philosophes 2013 sera consacrée à une question évoquée au XVIe siècle avec brio par Etienne de la Boétie dans un court texte intitulé Discours de la servitude volontaire : Pourquoi les hommes se font-ils les complices de ceux qui les tyrannisent et aspirent-ils à leur propre servitude ? Pourquoi oublient-ils qu’ils sont « tous naturellement libres » et « tous compagnons » ? Comment pourraient-ils reconquérir leur « nature franche » et se libérer d’une sujétion fondée sur l’habitude, la crainte et la complaisance ?
Certes, l’essai de la Boétie s’inscrit dans une période complexe et troublée – celle des guerres de religion – mais il ne se réduit en rien à un manifeste contre le roi ou la cour. Il invite plutôt à une réflexion toujours actuelle sur le lien politique, les possibilités de résistance à l’oppression et le rôle que le peuple est appelé à jouer dans l’État moderne. Enfin, ce texte incisif permet de s'interroger sur les modernes servitudes volontaires. N'est-on pas trop souvent enclin à l’acceptation irréfléchie de ce qui nuit à la liberté ?
Vendredi 12 avril à 21h et Samedi 13 avril à 10h30
Discours de la servitude volontaire d'Etienne de la Boëtie, par la Cie « Avec vue sur la mer », mise en scène Stéphane Verrue
Lieu : Espace culturel Le Parc, Route de Guémar - 68150  Ribeauvillé
tél. : 03 89 73 20 00 ; courriel : culture-ribeauville@wanadoo.fr
Informations complémentaires

Aquitaine

Mercredi 23 janvier 2013 à 20h30
Soirée hommage à La Boétie : un acteur professionnel viendra lire Le Discours de la servitude volontaire
Entrée libre
Lieu : à l'ancien évêché - 24200 Sarlat-la-Canéda

 

Jeudi 23 mai 2013 à 19h
Théâtre : Discours de la Servitude Volontaire
Mise en scène Stéphane Verrue, avec François Clavier. Compagnie avec Vue sur la Mer
Lieu : Théâtre des Chimères, 75 avenue du Maréchal Juin - Hendaye
tél. : 05 59 41 18 19 ; courriel : tchimeres@wanadoo.fr
Informations complémentaires

Champagne-Ardenne

Jeudi 11 avril à 19h30
Théâtre : Discours de la Servitude Volontaire
Cie Avec vue sur la mer, adaptation et mise en scène Stéphane Verrue, interprétation François Clavier, lumière David Laurie, confection costume Alfio Scalisi, traduction en français moderne Séverine Auffret
Lieu : Théâtre de La Madeleine, rue Jules Lebocey - 10000 Troyes
Informations complémentaires

Ile-de-France

Vendredi 1er mars à 19h
Théâtre et philosophie :
Naz : Texte Ricardo Montserrat. Adaptation et mise en scène Christophe Moyer. Avec Henri Botte. Vidéo Jérémie Bernaert. Technique Yann Hendrickx, Jean-François Métrier et Claire Lorthioir (en alternance)
Discours de la servitude volontaire : Texte Etienne de la Boëtie. Traduction en français moderne Séverine Auffret (Editions Fayard). Adaptation et mise en scène Stéphane Verrue Avec François Clavier. Lumières David Laurie. Costume Alfio Scalisi
Lieu : La Ferme de Bel Ébat - théâtre de Guyancourt, 1 place de Bel Ébat - 78280 Guyancourt
Informations complémentaires

 

Mardi 9 avril 2013 - 20h30
Théâtre : Discours de la Servitude Volontaire
Adaptation et Mise en scène Stéphane Verrue, Compagnie avec Vue sur la Mer
Lieu : Théâtre de Chelles, Place des Martyrs de Châteaubriant - 77500 Chelles
Informations complémentaires

 

du jeudi 18 avril 2013 au vendredi 19 avril 2013 à 21h00
Théâtre : Discours de la Servitude Volontaire
Ce texte, encore mal connu, dépasse largement sa grande efficacité rhétorique. C'est une voix. Une voix qui, par sa passion, sa ferveur pour la liberté, nous éclaire sur la manière dont les hommes concourent à leur propre servitude. Servitude entretenue aussi bien par la tyrannie d'un seul homme que par celle, aujourd'hui, des lois du marché
Pour prolonger la réflexion, chaque lecture sera suivie d'un échange entre un philosophe et le public
Le 18 avril : Sophie Laveran (professeur de philosophie et doctorante en philosophie à Paris 1
Le 19 avril : Jean Salem (professeur de philosophie et directeur du Centre d'Histoire des systèmes de pensée moderne à l'Université de Paris 1
Cie Hubert Jappelle. Adaptation : Olivier Huebert
Lecture : Geoffroy Guerrier
Lieu : Théâtre de L'usine, 33 chemin d'Andrésy - 95610 Éragny-sur-Oise
Infos réservation : 01 30 37 01 11 ou billetterie@theatredelusine.net

Nord-Pas-de-Calais

du vendredi 1er février 2013 au vendredi 15 février 2013 à 16h00, 19h00 et 20h00
Théâtre : Discours de la Servitude Volontaire d'Etienne de la Boétie
Mise en scène Stéphane Verrue, avec François Clavier. Compagnie avec Vue sur la Mer
Lieu : Théâtre du Nord, 4 Place du Gal De Gaulle - 59000 Lille
Renseignements et réservation au 03 20 14 24 24 ou sur le site Internet
Informations complémentaires

Rhône-Alpes

Vendredi 19 avril 2013 à 20h30
Théâtre : Discours de la Servitude Volontaire d'Etienne de la Boétie
Mise en scène Stéphane Verrue, avec François Clavier. Compagnie avec Vue sur la Mer
Lieu : Théâtre Jean Marais, 53 rue Carnot – 69190 Saint-Fons
tél. :  04 78 67 68 29 ; courriel : theatrejeanmarais@saint-fons.fr
Informations complémentaires

Médias-Com – Filmographie – Archives et Documentation

. Sites Internet :

The Montaigne Project (The University of Chicago)

Association

Société Internationale des Amis de La Boétie (SIALB)
Promotion des œuvres d’Étienne La Boétie. Organisation des Rencontres Internationales La Boétie de Sarlat éditées dans la collection « Cahiers La Boétie »
Contact : Frédéric Inizan / tél. : 07 87 86 44 37
courriel : frederic.inizan@wanadoo.fr


Société Internationale des Amis de Montaigne (SIAM)
B.P. 07 Paris Mouffetard V- 75221 Paris Cedex 05